Pénurie de matière première, délais d’approvisionnement: l’UFME interpelle Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances pour prononcer le gel des pénalités de retard pour les contrats publics et privés.
Dans un courrier, daté du 18 mai dernier, Bruno Cadudal, président de l’UFME, appelle le ministre à suspendre les pénalités de retard pour la filière Portes & Fenêtres dues à la pénurie de matière.

Texte du courrier de l’UFME :

 » Monsieur le Ministre, L’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME) est l’organisation professionnelle représentant les fabricants français de portes et fenêtres, d’éléments complémentaires aux menuiseries. Aujourd’hui l’UFME représente plus d’une fenêtre sur deux fabriquées sur notre territoire. Lors du premier confinement notre filière a été contrainte d’arrêter brutalement ses activités. Grâce à une mobilisation massive, nous avons pu reprendre partiellement nos activités en gardant à cœur d’appliquer les mesures sanitaires garantissant la santé de nos collaborateurs et clients mais aussi en réduisant nos délais de paiement afin de ne pas entraîner nos fournisseurs dans une dérive financière. Depuis cette reprise, nos ateliers et sites de production ont retrouvé une capacité quasi normale et nous nous en félicitons. Le Bâtiment, dont le second œuvre est un indicateur important de bonne santé de l’économie nationale. Après avoir vécu des mois exceptionnels, nous sommes touchés brutalement et de manière totalement imprévisible par la pénurie de matières premières. Cette pénurie s’étend à une multitude de matières premières, de composants et autres fournitures indispensables à nos activités. Elle a pour effet d’accroître sans commune mesure nos délais d’approvisionnement mais aussi d’augmenter les prix de nos achats avec des hausses tarifaires de deux à trois chiffres. Face à cette crise notre filière n’est plus en mesure de respecter les délais de livraison ou de mise en œuvre de nos produits annoncés lors de la confirmation de commande ou lors de la signature d’un marché. De ce fait nos clients, publics ou privés, sont enclin à exiger des pénalités de retard qui représenteraient un fort risque pour notre filière de blocage de marché et très certainement entraineraient de nombreuses faillites pour les sociétés se relevant à peine de la crise économique liée à la Covid-19. L’inquiétude grandissante et justifiée de nos adhérents et de leurs clients nous amène vers vous afin de trouver une solution nationale à cette crise. Cette solution pourrait être de prononcer le gel des pénalités de retard des contrats publics et privés sur la base de la reconduction des ordonnances 2020-319 et 2020-306 du 25 mars 2020 et en appelant les donneurs d’ordre de notre secteur à s’inspirer de vos mesures. Convaincu de notre démarché commune de soutenir l’économie française pour une plus grande autonomie industrielle,  je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma très haute considération ».
                                       Bruno Cadudal
                                       Président UFME