La 12e conférence sur les enveloppes avancées de bâtiment “Advanced building skins” aura lieu les 2 et 3 octobre 2017 à Berne, en Suisse. Il s’agit d’un rendez-vous international, dédié aux architectes, ingénieurs, scientifiques et à tout le secteur de la construction. Son objectif est de contribuer à une approche multidisciplinaire pour tous les intervenants du bâtiment. Cette conférence annuelle aura lieu au Centre de congrès Kursaal à Berne : elle attire 600 participants, venus de plus de 50 pays. Plus de 220 orateurs de 40 pays participeront aux 32 sessions, qui, chacune, regroupent plusieurs présentations, y compris sur des matériaux comme le béton ou les façades textiles. Un accent sera mis sur les façades solaires et le bâtiment photovoltaïque intégré (BIPV), lors des sessions E1 à E7.
Verre & Protections Mag, qui participe à cette conférence, publiera un compte rendu complet dans notre numéro 100 de novembre (spécial Batimat).

Comment les façades intelligentes s’adapteront à l’évolution des conditions environnementales ?
L’un des orateurs de la conférence, Omar Renteria, de EYP architecture & ingénierie, à New York, a dit : « Si nous voulons aller vers un avenir durable, les bâtiments doivent devenir des organismes dynamiques plutôt que des machines réactives ».
Lors de la conférence de Berne, Omar Renteria envisagera l’avenir et expliquera comment les façades intelligentes s’adapteront à l’évolution des conditions environnementales (session A4). EYP est une agence d’architecture et d’ingénierie qui emploie plus de 700 employés en Amérique du Nord et en Europe. Selon la vision de l’agence, la peau du bâtiment devrait évoluer vers un système neuronal uni. Un “cerveau” central devrait analyser toutes les données relatives aux exigences de l’utilisateur et contrôler les modules de façade, selon le besoin. « Répondre à ces défis nouveaux et évolutifs nous oblige à considérer les façades non seulement comme des barrières de protection, mais aussi comme des organismes complexes et conscients, capables de s’adapter de manière efficace à des variables externes et internes », explique Omar Renteria. « Pour ce faire, chaque composant de la peau du bâtiment doit être connecté de manière fluide et être capable de communiquer de manière collective. Chacun d’eux individuellement doit être capable d’absorber et de gérer en temps réel des données environnementales, sociales et de programmation. Il ne s’agit pas seulement d’une façade dynamique, mais d’une façade capable d’apprendre et de s’autoréguler au fil du temps grâce à une analyse en réseau des données quantitatives et qualitatives », prédit-il. « La conception de l’architecture actuelle relève plus de l’isolation que nécessaire, et l’architecture est traditionnellement orientée vers la création de formes, donnant une valeur supérieure et la priorité à la création plutôt qu’à l’innovation vers des performances durables. C’est une réponse limitée, et limitante. EYP réimagine le processus même de conception et comment nous l’abordons. Nous avons besoin d’une meilleure solution pratique, et de nouvelles méthodologies et procédés seront nécessaires pour y parvenir », commente-t-il.

Des agences innovantes présentes
Cette année, ce sont douze des plus innovantes agences américaines d’architecture et d’ingénierie qui vont contribuer à la conférence sur les enveloppes avancées. « Lors de la préparation du programme, nous nous sommes appuyés sur la liste réalisée par Karlin Research, qui classe annuellement les architectes américains et les ingénieurs du bâtiment selon les catégories de la conception, de la durabilité et des performances commerciales », explique Andreas Karweger, directeur de l’organisateur Advanced Building Skins GmbH, à Wilen, en Suisse. « Nous avons réussi à attirer à Berne plusieurs contributeurs parmi les 50 meilleures entreprises. Je suis particulièrement heureux que nous recevions EYP architecture & ingénierie de New York, la principale agence d’architecture dans la catégorie de la durabilité » ajoute-t-il. D’autres contributeurs viennent par exemple des sociétés d’architecture et d’ingénierie : Skidmore, Owings & Merrill, de Chicago ; HKS Architects, de Houston ; Walter P Moore, de Los Angeles ; Belzberg architects, de Santa Monica ; Gehry technologies, de Los Angeles ; Gensler, de Chicago ; Groupe Intégral, d’Oakland ; Amtech Solutions, de Dallas ; Dallas Roesling Nakamura Terada Architects, de San Diego.

Importance croissante du verre dans l’architecture
L’Europe est également représentée par des architectes et des cabinets d’ingénieurs connus, lors de cette conférence : Matt King, directeur des ingénieurs-conseils T/E/S/S, à Paris, l’un des co-concepteurs de la façade de la fondation Louis Vuitton avec Frank Gehry. Il a supervisé la conception des gigantesques voiles de verre, et a reçu pour cela le “Grand Prix national de l’ingénierie” (session A2).
James O’Callaghan, de l’entreprise Eckersley O’Callaghan à Londres, présentera une architecture utilisant des structures en verre. Il utilise le verre comme élément structurel et est connu pour les Apple Stores de Tokyo, Sydney, Shanghai, Hong Kong, New York et Londres, où il a mis en place des façades innovantes et des escaliers en verre. Lors de sa conférence, il parlera des Apple Stores et présentera sa vision de l’architecture en verre à l’avenir (A2).
Venant d’Allemagne, Thomas Winterstetter, directeur exécutif de Werner Sobek à Stuttgart, fera une démonstration de la conception d’une façade moderne à l’aide du BIM et de la CAO. Sa conférence se concentrera sur de grands projets au Moyen-Orient tels que le Musée national du Qatar et le Musée Etihad à Dubaï (session D6).

Rendez-vous international
« Avec diverses sessions organisées par des instituts de recherche, des universités, des agences d’architecture et des entreprises de l’industrie de la construction, des échanges accrus entre ces groupes devraient avoir lieu afin de transformer le savoir-faire scientifique dans la pratique », explique Andreas Karweger.
Plusieurs instituts de recherche, universités et entreprises sont des organisateurs conjoints de la conférence et présenteront chacun leur propre session sur les derniers développements dans la conception des enveloppes de bâtiment et leurs technologies. Il s’agit notamment de l’université de Newcastle (GB) avec une session sur les matériaux intelligents pour des façades adaptables (session A5) ; l’Institut de recherche belge IMEC sur l’intégration architecturale des façades PV (E5) ; l’université de Louvain (Belgique) sur la lumière naturelle optimisée (C5) ; l’institut de recherche espagnol Tecnalia sur la performance des systèmes BIPV (E7) ; l’agence d’architecture Smart Architecture (États-Unis) sur la conception de façades complexes (A2) ; l’institut de recherche français INES sur de nouvelles formes de béton (B5) ; l’institut suisse de recherche de matériaux EMPA sur les applications Aérogel dans les façades (B7) et la société Vector Foiltec (Allemagne) sur les membranes architecturales (C2).
À noter la présence de la société française Sunpartner technologies pour une présentation sur des fenêtres avec vitrage solaire intelligent : augmenter le confort de l’utilisateur et diminuer la consommation d’énergie dans les bâtiments (C6).


Extraits du programme

2 octobre 2017 matin
• Session A1 : Conception paramétrique et fabrication numérique (International academy of architects – États-Unis) sur les thèmes : conception paramétrique d’un mur-rideau ; l’art du prototype ; personnalisation en temps réel d’un bâtiment ; travailler différemment pour un travail différent : un retour aux façades artistiques.
• Session C1 : Nouveaux matériaux pour les enveloppes de bâtiments (Institut polytechnique de Milan, Italie), avec un focus sur : enveloppes à hautes performances avec matériaux rétro-réfléchissants ; impact de l’enveloppe sur l’empreinte énergétique des serres fermées.
• Session E1 : Assimilation d’un système BIPV dans l’environnement de projet (CR énergie – Suisse).

2 octobre après-midi :
• Session A2 : Géométries complexes, techniques et matériaux de construction avancés (Smart architecture, à Pittsburgh, États-Unis).
• Session A3 : Fabrication additive : impression 3D de l’enveloppe de bâtiment (HKS architects à Dallas, États-Unis).
• Sessions D2 et D3 : Ventilation naturelle (université de Kogakuin à Tokyo, Japon, et école Westminster, États-Unis).
• Session E2 : Stratégies de conception pour des façades PV avancées (université de Science et technologie de Pékin, Chine).
• Session E3 : Intégration d’un système PV en tant que dispositif d’ombrage (université Sehan, Corée du Sud).

3 octobre 2017 matin :
• Session A4 : Enveloppes de bâtiments réactives et adaptatives (EYP architecture & ingénierie à New York, États-Unis).
• Session A5 : Matériaux intelligents pour les façades adaptatives (université de Newcastle, Royaume-Uni).
• Session E4 : Vitrages BIPV : produits, projets, performances (université Zuyd des sciences appliquées, Pays-Bas).
• Session E5 : Fertilisation croisée entre l’esthétique et les performances des systèmes photovoltaïques (IMEC, Belgique).

3 octobre 2017 après-midi :
• Session A6 : Méthodes de conception de façades durables à hautes performances (université de Canterbury, Royaume-Uni).
• Session A7 : Enveloppes adaptatives pour des économies d’énergie et le confort des utilisateurs (université de Camerino, Italie).
• Session C6 : Un vitrage intelligent pour la régulation avancée de l’éclairage naturel (Institut italien de technologie, à Gênes, Italie).
• Session C7 : Conception, construction, et évaluation des éléments de façade en verre (université des sciences appliquées de Berne, en Suisse).
• Session E6 : Nouveaux développements en BIPV : défis techniques et analyse des performances (université de Science et technologie de Pékin, Chine).
• Session E7 : Modélisation des performances des systèmes BIPV (Tecnalia, Espagne).