Dilange Menuiseries Industrielles (DMI), l’entreprise spécialiste des menuiseries sur mesure en PVC, a fait l’acquisition d’un nouveau centre de débit et d’usinage équipé d’une table dynamique et d’une station de vissage et perçage des renforts. Installé fin juillet, le nouveau centre sera pleinement opérationnel mi-septembre, après la formation des équipes par le technicien de chez Graf Synergy, avec qui DMI a fait affaire pour cet investissement. Comme l’explique Philippe Dilange, le dirigeant de DMI, cet achat répondait avant tout à la nécessité de remplacer la scie numérique deux têtes vieillissante avec laquelle l’entreprise travaillait jusque-là. L’ancienne machine ne parvenait en effet plus à suivre le rythme de croissance de DMI (qui frôle les trois chiffres précise Philippe Dilange) et ne répondait plus à ses exigences en termes de qualité. Sur les 640 000 euros nécessaires à l’achat du nouveau centre, 142 000 ont été pris en charge par la région Nouvelle-Aquitaine.

Répondre à la demande et construire le futur

Philippe Dilange précise que si cet investissement va dans un premier temps lui permettre de répondre à la demande de ses clients, il va aussi lui permettre de soutenir le plan de développement de DMI. En effet, l’entreprise va, grâce à ce nouveau centre d’usinage, pouvoir doubler sa capacité de production journalière (de 55 à 120 fenêtres/jour). Après formation, les équipes actuelles de DMI suffiront pour utiliser le nouveau centre d’usinage, mais l’entreprise cherche tout de même à recruter 4/5 personnes à des postes de production pour accompagner sa croissance. Un défi de taille et une réelle difficulté dans le contexte actuel, selon Philippe Dilange. Les profils recherchés opéreront principalement à des postes de finition.

Une nouvelle activité de fabrication de menuiseries aluminium

Parallèlement à ces évolutions côté PVC, DMI s’est lancé en septembre dans la fabrication de menuiseries en aluminium. Comme l’explique Philippe Dilange, la demande sur ce marché est actuellement telle qu’un acteur entrant peut tirer son épingle du jeu en proposant des délais plus courts que la concurrence. DMI mise donc sur cet atout pour, d’ici un an, atteindre les deux millions de chiffre d’affaires sur ce nouveau marché. Philippe Dilange aimerait que, dans deux ans, la branche PVC de DMI réalise un chiffre d’affaires de 5 à 6 millions d’euros, contre 3 à 3,5 millions d’euros pour la branche aluminium. Dans un futur un peu plus lointain, il souhaiterait équilibrer les parts d’activité entre les deux branches. Une extension des locaux de 1 000 m2 a été réalisée début 2021 pour donner toute sa place à la production des menuiseries aluminium. L’entreprise a investi 300 000 euros (dont une partie a été financée sur l’enveloppe de 142 000 euros accordés par la région). Toutes les machines de la nouvelle ligne aluminium sont de marque FOM Industrie.

Des investissements et des projets

En complément, DMI s’est engagée dans une démarche Usine du futur 4.0 avec la région Nouvelle- Aquitaine. Philippe Dilange précise qu’un premier audit a déjà été réalisé avec succès et que l’entreprise devrait pouvoir prochainement se targuer d’une production 100 % sans papier. Côté investissements, DMI a également fait l’acquisition d’un camion de 12,5 tonnes pour compléter le 6,5 tonnes qu’elle possédait déjà et une réflexion est en cours quant à l’achat d’un 26 tonnes pour la fin d’année. DMI a en effet pris la décision d’effectuer ses propres livraisons. L’entreprise cherche actuellement à recruter un ingénieur de production pour soulager Philippe Dilange.