Le 25 mai dernier, la FFPV (représentée pour cette grande occasion par Jean-Christian Thénière) était présente à l'Assemblée Nationale à l’occasion de la réunion organisée dans le but de sensibiliser les politiques et différentes organisations professionnelles.
Objectif : promouvoir la candidature de la ville de Lyon aux Olympiades des Métiers mondiales en 2023.

En présence de Richard Ferrand, Président de l’Assemblée Nationale et de Catherine Fabre, Députée de Gironde, de Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, de Bernard Stalter, Président de la CMA France (Chambre des Métiers et de l’Artisanat), de Philippe Damaryan, Président de l’UIMM et d’ArcelorMittal France et de Michel Guisembert, Président de WorldSkills France, la « Génération 2023 » a présenté hier son manifeste à l’Assemblée Nationale, lançant ainsi officiellement le mouvement de soutien à la campagne pour l’accueil de la WorldSkills Competition à Lyon en 2023.

La « Génération 2023 », représentée par trois ambassadeurs, Johan Seguin (titulaire de l’équipe de France 2019 en coiffure JuniorSkills), Jessica Debong (titulaire de l’équipe de France 2019 en Soins esthétiques) et Charles-Henri Moëc (ancien compétiteur en Service ne salle et team leader de l’équipe de France 2019), a rappelé l’impact bénéfique qu’une telle expérience peut avoir sur la vie d’un jeune professionnel et l’importance des valeurs mise en avant par WorldSkills France. Ces trois ambassadeurs ont aussi réitéré leur volonté de voir la compétition internationale organisée en France et leur soutien au mouvement. L’accueil d’une telle compétition participerait, en effet, à la revalorisation des différentes filières professionnelles, déjà engagée par le gouvernement français, et mettrait en lumière le vivier inestimable de talents présents actuellement en France dans les secteurs de l’Industrie, de l’Automobile, de l’Alimentation, du Végétal, des Services, du BTP, et de la Communication et du numérique.

Suite à la lecture de ce manifeste, une session de travail a été engagée avec l’Assemblée Nationale avec plus de 180 personnes notamment plus de 50 députés, entreprises, apprentis, et le réseau de membres et partenaires de WorldSkills France pour évoquer les actions à mener dans le cadre de cette candidature. Les personnes présentent ont ainsi pu réfléchir collectivement sur les deux thématiques suivantes : « Comment fédérer la Génération 2023? » et « Comment faire connaître WorldSkills en France pour la Compétition 2023 à Lyon? ». Ils ont ensuite pu témoigner leur engagement auprès du mouvement et de la campagne en remplissant un formulaire statuant les différentes actions que les soutiens déclarent mettre en œuvre pour appuyer la candidature de la France et de Lyon.

Michel Guisembert nominé à la tête des « Chantiers de France »

Cette rencontre a aussi fait écho à l’importance des actions du mouvement WorldSkills en France et à l’impact qu’il a sur la promotion de la formation professionnelle et des métiers représentés lors de la compétition. En effet, la famille WorldSkills France s’est vue mise à l’honneur mardi dernier, puisque Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Franck Riester, ministre de la Culture, ont annoncé la nomination de Michel Guisembert à la tête des « Chantiers de France ». L’actuel Président de WorldSkills France, et ancien Président des Compagnons du devoir, aura pour mission de coordonner les acteurs de l’enseignement scolaire, de la formation et de l’apprentissage pour identifier et développer les métiers liés à la restauration du Patrimoine. Il devra aussi valoriser les métiers concernés par les « Chantiers de France » et les formations pour y accéder et coordonner les moyens consacrés à la formation.
Pour rappel, « Les Chantiers de France » sont une initiative annoncée par le Président de la République le 17 avril dernier pour rebâtir Notre-Dame de Paris après le dramatique incendie qui l’a en partie détruite, mais également pour valoriser les métiers de rénovation du Patrimoine qui sont des métiers d’avenir compte-tenu des nombreux chantiers de restauration du patrimoine français en cours.