L’entreprise Valorsol environnement recycle tous types de menuiseries dans trois sites qui collectent, trient et valorisent les déchets du bâtiment, de l’industrie, du commerce et des travaux publics en Auvergne, Rhône-Alpes et vallée du Rhône.

Valorsol environnement, une entreprise des groupes Cheval et Delmonico Dorel, est collecteur et préparateur de déchets. Valorsol gère trois déchetteries professionnelles à Portes-lès-Valence, Bourg-de-Péage et Sablons. Valorsol a développé une filière particulière pour le recyclage des menuiseries déposées depuis plus de quatre ans.

Deux modes de collecte des menuiseries

Valorsol collecte les menuiseries de deux manières différentes. Premièrement, des bennes sont à disposition des professionnels dans ses trois déchetteries. Deuxièmement, si le volume est important, Valorsol dispose une benne chez le professionnel ou sur les chantiers de démolition des bâtiments.

L’entreprise peut aussi effectuer des collectes plus loin de ses bases, jusqu’en Île-de-France, à l’aide de racks mobiles, collectés ensuite par camion-grue.

Le site de revalorisation des menuiseries se trouve à Portes-les-Valences. Valorsol tente de développer un comportement vertueux chez les artisans et les entreprises qui déposent des menuiseries dans ses bennes, notamment pour éviter le bris de vitre qui rend le traitement plus complexe et plus dangereux. Des menuiseries intactes sont valorisées à 75-85 %, contre moins de 60 % pour les menuiseries avec bris de verre.

Pour le déposant, le recyclage revient 30 % moins cher environ que le dépôt en déchet ultime. Lors du recyclage, une équipe casse le verre à la main, jusqu’au bord des profilés. Il reste une petite quantité de verre sur les profilés.

Selon François Picart, directeur de Valorsol environnement, même les machines ne font pas mieux. Il ajoute que les industriels et les poseurs vertueux sont de plus en plus à la recherche de filières de recyclage des menuiseries.

Menuiseries : 85 % des matériaux sont recyclés

La filière recyclage des menuiseries développée par Valorsol Environnement récupère les menuiseries bois, PVC, aluminium et acier. L’entreprise parvient à valoriser environ 85 % des matériaux qui composent une fenêtre : le verre (45 % du volume) et la menuiserie (40 % du volume).

Il ne reste que 15 % environ de matériaux non-valorisés, principalement les joints entre les verres dans le cas de double-vitrage et entre le verre et la menuiserie dans tous les cas.

Valorsol organise la collecte en déposant des bennes sur les chantiers de démolition ou bien reçoit les fenêtres dans l’une de ses trois déchèteries. Ensuite, l’entreprise organise le démantèlement des fenêtres et sépare verre, bois, aluminium, acier et PVC.

Partenariat avec Eurofloat et Solover

Pour la valorisation des déchets triés, Valorsol s’est entouré de partenaires. Tout près d’eux se trouve le site Eurofloat de Salaise-sur-Sanne qui appartient à Saint-Gobain et Riou Flat Glass. Ce float a reçu 100 tonnes de verre blanc issu de la filière de démantèlement Valorsol.

Pour le verre coloré, Valorsol fait appel à Solover, près de Saint-Étienne. Les métaux ferreux et non-ferreux partent dans des filières de revalorisation existantes.

Seulement 2 à 3 % des menuiseries collectées par Valorsol ont des profilés en aluminium. Les fenêtres en bois et en PVC représentent l’essentiel de la collecte. Mais l’entreprise constate une lente augmentation des types de fenêtres. Le bois-alu est apparu pour la première fois en 2018, par exemple. Les profilés PVC sont valorisés par Veka et Deceuninck, dont les filières de transformation acceptent des profilés PVC portant encore un minimum de verre.

Les “Bois B”

Les menuiseries en bois sont converties en “bois B”. On distingue en effet trois types de déchets de bois.

La classe A ou liste verte, regroupe les bois verts non-traités. Ils proviennent de palettes, cagettes, planches, caisses, cageots, bois d’emballage et des bois sains. La catégorie B, dite aussi liste orange, rassemble les bois de démolition et dérivés, les bois de déchetteries, de fenêtres, de panneaux de particules et de meubles, et les broie. Ils sont valorisés de deux manières.

Les usines de fabrication de panneaux de particules, tout d’abord, en utilisent une certaine proportion, différente pour chaque usine, dans la composition de leurs matières premières.

Ensuite, les bois B sont utilisables en tant que combustibles dans de grandes installations du type incinérateur. Valorsol a conclu une série d’accords, à la fois avec des panneautiers – les industriels du panneau de particules - pour leur fournir des bois respectant un cahier des charges précis (composition et teneur en humidité) et avec des cimenteries.

Dans les cimenteries de Vicat – quatre implantations en Rhône-Alpes - et de Lafarge-Holcim – plusieurs implantations en vallée du Rhône et Rhône-Alpes -, le bois B fourni par Valorsol vient en substitution du fioul. Ce qui réduit l’empreinte environnementale des cimenteries. Les cendres de combustion du bois B deviennent ensuite matière première et sont incorporées dans le mélange qui devient ciment.

La dernière catégorie enfin, la classe C, provient des traverses de chemin de fer, des poteaux de téléphone et EDF, des palissades traités et des bois injectés à cœur aux sels métalliques. La seule valorisation possible est l’incinération.

La phase test est passée

Selon François Picart, la phase test du développement d’une filière de recyclage des menuiseries est passée pour Valorsol environnement. « Les méthodes et les procédures sont calées, explique-t-il. La preuve de l’existence d’un gisement, suffisant et croissant, de menuiseries à recycler a été établie. L’entreprise a prouvé la rentabilité de l’activité à la fois pour elle- même, pour les déposants de menuiseries à recycler et pour les acquéreurs des matières recyclées ».

Après 300 tonnes de menuiseries collectées la première année, l’entreprise est montée à 3000, puis à 5 000 tonnes et envisage sereinement d’atteindre 10 000 tonnes par an de menuiseries collectées et valorisées. Cette activité occupe pour l’instant 20 personnes chez Valorsol environnement, mais l’entreprise a la volonté de la faire grandir.

La demande pour les matériaux issus du recyclage des fenêtres est à la fois importante et croissante. Eurofloat, le float Saint-Gobain/Riou Flat Glass à Salaise-sur-Sanne est extrêmement demandeur de verre blanc. Eurofloat est cependant exigeant quant à la qualité du verre qu’il achète et inspecte chaque benne livrée par Valorsol Environnement.