Kaluen est le nouveau nom de la société Serrurerie Brestoise Alu, que Ronan et Gildas Lesven avaient reprise en 2013 à Guipavas, juste à côté de Brest (29).
La Serrurerie brestoise, créée en 1953 autour des activités de serrurerie et de métallerie, avait développé à partir de 1986 un département dédié à la menuiserie aluminium. Depuis 2013, les deux activités étaient réparties dans deux sociétés distinctes, SB acier et SB alu, réunies par une holding.

Ronan (à gauche) et Gildas Lesven

« Il y avait une certaine confusion et un déficit d’image entre les deux sociétés, notamment pour SB Alu », explique Ronan Lesven. « Pas mal de gens ignoraient que nous faisions de la menuiserie aluminium. Nous avons donc rebaptisé SB alu en Kaluen », poursuit le dirigeant. « La réflexion fut longue, car nous voulions un nom à la fois simple et éloquent. Cette nouvelle appellation est un bon compromis, avec le “K” qui rappelle l’indice officiel d’isolation thermique, le “alu” au centre et le “en” (prononcer [ènn] comme Pont-Aven) pour évoquer la Bretagne ».
Kaluen se trouve à la fois dans les secteurs du bâtiment et de l’industrie, puisqu’elle conçoit, réalise et pose ses menuiseries, à base de profilés Schüco. Elle travaille à 95 % dans le Finistère, uniquement pour les institutionnels, publics et privés, sur des chantiers d’hôpitaux, écoles, complexes sportifs, sièges sociaux d’entreprises ou bâtiments industriels.
Citons par exemple la participation à la construction du collège de Saint-Renan (photo), qui sera livré en 2021 et dont Kaluen fabriquera et posera toutes les menuiseries, pour un chiffre d’affaires avoisinant les deux millions d’euros.

Deux millions investis dans le nouveau bâtiment

En pleine croissance, les frères Lesven ont fini par se trouver à l’étroit dans leur atelier de 1 000 m2 de Guipavas. Ils ont décidé de le scinder et de déménager leur activité menuiserie à Gouesnou, sur la nouvelle zone artisanale de Mescadiou, au nord de Brest et à 5 minutes de leur emplacement actuel. Ils ont acquis un terrain de 7 000 m2, sur lequel un bâtiment de 2 500 m2 va être construit, en grande partie par les équipes de Kaluen. Cet édifice, imaginé par l’architecte local Pierre-Henri Argouarch (A3) et épaulé par les équipes de Soft (Fabrice Boudinet), sera une vitrine du savoir-faire de l’entreprise, avec de larges murs-rideaux permettant de laisser entrer la lumière naturelle, ainsi qu’un show-room. Un investissement qui se monte à deux millions d’euros.

Des investissements machines en prévision

Des efforts qui ne devraient pas s’arrêter là, puisque l’appareillage électrique a d’ores et déjà été prévu pour accueillir de nouvelles machines. « Le but est d’éviter au maximum la manutention », explique Ronan Lesven. « Par exemple, nous possédons actuellement un banc d’usinage et un centre de débit. Une machine qui réalisera les deux opérations en même temps et qui évitera de porter les profilés d’aluminium est en cours d’étude ».
Les dirigeants, qui ont récemment intégré le programme Breizh Fab pour l’industrie du futur, comptent ainsi s’adapter au Lean management et à la méthode japonaise des 5S, en supprimant les gaspillages en termes de temps et de flux, et en impliquant au maximum les équipes. « L’idée est de reprendre les process de A à Z, comme si nous étions novices, et de se demander si tel ou tel flux est utile et apporte de la valeur ajoutée au client, afin de gagner du temps et de la place, tout en facilitant la tâche des salariés », poursuit le responsable.

Une entreprise en pointe sur la RSE

Une soixantaine de salariés auxquels les frères Lesven portent une grande attention. Depuis quelques années, ils ont mis en place diverses actions pour améliorer le quotidien de leurs équipes, comme le “challenge accident du travail” : « tous les trois mois, s’il n’y a pas eu d’accident de travail, chaque salarié reçoit un cadeau, qui va de la place de cinéma aux boules de pétanque ». Ronan Lesven poursuit : « nous avons aussi créé un challenge du meilleur pâtissier, qui a rencontré un grand succès, ainsi que des concours de pétanque ou d’OFNI ! ». Des activités physiques seront aussi proposées aux salariés dans une salle dédiée, comme le yoga ou la gymnastique, des ateliers bien-être, de l’aromathérapie, du réveil musculaire ou même de la sieste acoustique ! De sur- croît, des conférences sont prévues (incluses dans le temps de travail) sur des thèmes aussi variés que le stress, le tabac, l’alimentation ou le burn-out.

Recrutements à prévoir

De quoi fidéliser durablement les personnels compétents, qui, comme partout en France, sont difficiles à trouver. La société est ainsi toujours en quête de poseurs, menuisiers, dessinateurs ou chargés d’affaires.
Ronan et Gildas Lesven sont aussi sensibles à l’insertion puisqu’ils ont récemment engagé un réfugié syrien, dans le cadre du Groupement d’insertion de la ville de Brest. « Nous l’avions d’abord pris en stage pour le tester, et il s’est avéré très compétent. Il s’est très bien adapté et bénéficie à présent d’un CDI », conclut Ronan Lesven.
Beaucoup de signaux positifs donc, pour cette entreprise dynamique, attachée à son territoire, tout en restant ouverte au monde.