Spécialisée dans la fabrication et la pose de menuiseries extérieures aluminium, Soméval a investi en 2016 près d’un million d’euros dans l’achat d’un terrain de 6000 m2 et la construction d’un nouveau bâtiment de 1300 m2 (dont 200 m2 de bureau) sur la zone artisanale Actipole à Miniac-Morvan (35). En doublant sa surface de production, Cédric Beaulieu, président de Soméval, poursuit une stratégie de développement global bien spécifique : « Je voulais développer notre activité non pas pour développer à tout prix mais pour avoir une structure à taille humaine performante et employer suffisamment de collaborateurs pour que nous puissions travailler en toute sérénité ». L’entreprise qui a démarré son activité dans ses nouveaux locaux en janvier 2017 mesure déjà les bénéfices de ce déménagement et des investissements engagés.

Améliorer les conditions de travail, privilégier l’humain

« On était dans une structure relativement ancienne et peu équipée. L’objectif prioritaire de ce nouveau bâtiment était d’assurer la sécurité et le confort de travail de mes collaborateurs aussi bien dans l’activité de production que dans celle du front et back-office » explique Cédric Beaulieu. Outre les 850 000 euros investis dans le foncier et la construction du bâtiment, 100 000 euros ont donc été investis dans de petites améliorations notamment pour « moderniser les process de production, s’équiper de chariots rolls et d’un système à air comprimé intégré en sous-sol ou mettre en place des dérouleurs pour les joints. Dorénavant, sur chaque poste de travail, le collaborateur est équipé à 100 % afin de limiter ses déplacements et lui faire gagner en autonomie. Le bâtiment est aussi équipé sur toute sa surface d’un pont roulant pour améliorer les conditions de travail et de sécurité, le chariot élévateur ne fonctionnant presque plus dans le bâtiment » poursuit-il. Le leitmotiv de Cédric Beaulieu c’est le bien-être au travail et à la sécurité dans l’entreprise. À ce titre, il est très attentif à la formation de ses collaborateurs. « Les formations font partie du développement individuel. On a fait des formations obligatoires de type CACES pour les chariots élévateurs et nacelles notamment, des formations sur pont roulant, des formations de montage d’échafaudage. Et tous mes poseurs ont le SST (Sauveteurs Secouristes du Travail). Les collaborateurs travaillant dans les bureaux ont parallèlement suivi des formations avec les fournisseurs, des formations sur les vitrages, sur les profils alu et une de mes collaboratrices vient de faire une formation sur la création de sites internet car l’entreprise communique peu, à part sur Facebook et c’est un point que nous allons développer même si ça n’était pas notre priorité jusqu’à présent » précise Cédric Beaulieu pour qui les formations ont de multiples effets bénéfiques : « former les collaborateurs pour éviter les accidents du travail et la mauvaise exécution mais aussi fidéliser mes collaborateurs en transmettant un message : « je sais que ton métier est difficile, on va chercher des solutions ensemble et essayer de faire en sorte qu’il le soit moins ». Et puis les formations permettent aux équipes de progresser au sein de l’entreprise et sont toujours un lieu d’échange ; j’y participe chaque fois que je le peux » ajoute le dirigeant qui s’engage aussi dans des actions Portes ouvertes de sensibilisation auprès des jeunes, comme les Coulisses du bâtiment organisées par la FFB.

Développer l’activité pour pérenniser l’entreprise
Fabricant et poseur de menuiseries aluminium sur-mesure pour une clientèle à 90 % professionnelle, Soméval est présente sur les marchés de l’industrie, du commerce, des bureaux et pour une large part sur les marchés publics (lycées, collèges, mairies, salles des fêtes, structures de piscines municipales). Outre les fenêtres et portes extérieures, l’entreprise développe « des ensembles composés, des murs-rideaux et tout ce qui est un peu hors normes en termes de dimensions et de structures. En alu je travaille avec AluK et Reynaers et en vitrage avec Riou Glass » indique Cédric Beaulieu. « Ma zone de chalandise s’étend à deux heures maximum de distance de Saint-Malo. C’est une volonté et un choix nécessaire pour assurer un service après-vente efficace » ajoute-t-il.

Prévisions de 20 % de croissance
Rappelons que Cédric Beaulieu, président de la SAS Someval fondée en 1994, a racheté l’entreprise en juin 2014. L’entreprise employait alors sept salariés et réalisait un chiffre d’affaires d’un million d’euros. Moins de quatre ans plus tard, elle compte douze collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 1 632 000 euros. Une baisse d’un peu moins de 10 % par rapport à l’exercice précédent, liée à la mobilisation du dirigeant dans la modernisation de son outil de production alors qu’il assure seul toute la partie commerciale. Une baisse qui n’entame pas cependant son optimisme puisqu’il prévoit un chiffre d’affaires de deux millions d’euros sur le prochain exercice, soit plus de 20 % de croissance sur l’exercice 2017/2018 et un doublement de son chiffre d’affaires depuis qu’il dirige l’entreprise. « On a rempli nos objectifs de retour sur investissement car ce nouveau bâtiment nous permet de travailler sur des projets de plus grande envergure et de nous positionner sur des marchés moyens plus conséquents. Ce mois-ci, on a enregistré plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires sur seulement deux ou trois chantiers » se félicite Cédric Beaulieu qui vise dorénavant la stabilisa- tion de son équipe en termes de compétences comme d’effectif et estime
que Soméval est désormais structurée pour réaliser de 2 à 2,4 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. « L’idée c’est d’atteindre cet objectif et d’assurer la pérennité de l’entreprise à ce niveau de performance. Il y a eu beaucoup de changements en quatre ans pour mes collaborateurs : changement de patron, changement de lieu de travail (même si ça n’était qu’à cinq kilomètres pour leur éviter de déménager), changement de méthodes de travail, de niveau de production et de marché. Maintenant il faut stabiliser l’ensemble et consolider.» conclut-il.