Le menuisier Tet Med Industrie (TMI) à Perpignan (66) a récemment racheté le Lyonnais Actilys, un confrère en difficulté. Marc Hugi, son dirigeant, s’est déjà attelé à redresser cette société un peu exsangue mais bénéficiant pourtant de bases solides. Ce rachat va lui permettre de subvenir à la demande croissante à Perpignan, tout en développant la clientèle de professionnels à Lyon.

Marc Hugi et son fils William, qui sera appelé à lui succéder à la tête de TMI

«Je cherchais une entreprise ayant déjà du savoir-faire. Il est difficile dans notre profession de trouver des gens aptes à fabriquer de la menuiserie sur un process industriel », observe Marc Hugi, créateur et gérant de Tet Med Industrie à Perpignan (66).
« Nous commencions à avoir du mal à répondre à la demande sur notre zone de chalandise occitane. Nous étions un peu bloqués. Il nous fallait soit passer en 2/8 ou en 3/8, soit nous lancer dans la création de nouveaux ateliers, avec ce que cela implique en termes de coûts, de formation, mais aussi de délais. Cette opportunité de reprise d’Actilys était donc une aubaine pour nous », explique le dirigeant. Une opportunité soufflée à l’oreille de Marc Hugi par Profialis, qui est le fournisseur de PVC des deux sociétés. « Actilys était en difficulté depuis plusieurs années. Son chiffre d’affaires, qui était de cinq millions il y a deux ans, était descendu à 1,5 million l’année dernière. Elle avait été rachetée par une personne qui n’était pas du métier et la réforme du CITE avait été le coup de grâce, puisqu’elle n’était tournée que vers le particulier. L’organisation de la société était devenue obsolète, surtout au niveau commercial, et ne répondait plus aux exigences élémentaires de rentabilité », poursuit Marc Hugi.
Pourtant Actilys avait plusieurs atouts en main, avec ses 29 salariés, son superbe outil de travail, ses trois boutiques à Lyon, Saint-Bonnet-de-Mure (69) et Craponne (69) ainsi qu’une zone de chalandise conséquente.
Marc Hugi s’est donc attelé au redressement de la société : Actilys n’ayant plus une très bonne réputation, il l’a d’abord rebaptisée “Tech Menuiseries Indus” (soit “TMI Lyon”). Puis il a nommé un nouveau directeur à sa tête, en la personne de Pierre Porte, un gestionnaire spécialiste du redressement d’entreprises. Il s’est ensuite attaché à mettre en place une politique commerciale plus agressive au niveau du particulier, mais aussi – et c’est sa spécialité – le développement au niveau professionnel, ce qui nécessite un beau carnet d’adresses.

Un réseau développé grâce au rugby

Et un beau carnet d’adresses justement, Marc Hugi en a un ! Comme il l’explique : « En bon Perpignanais, j’ai toujours baigné dans le rugby ». Il est en effet actionnaire et ancien administrateur de l’Usap (club de rugby à 15 de Perpignan, actuellement pensionnaire de Pro D2). TMI sponsorise aussi les Dragons catalans (rugby à 13) ainsi que les Mad in Seven (rugby féminin à 7) et l’équipe de football américain de Perpignan les Archanges. « Et le rugby est une grande famille, au sein de laquelle on se crée de fortes amitiés ! Lorsque je suis arrivé à Lyon, l’une de mes priorités a été de me rendre au LOU (club de rugby de la ville), dont je suis d’ailleurs devenu partenaire ! », poursuit l’ex pilier catalan.
Grâce au ballon ovale, Marc Hugi bénéficie ainsi déjà d’un beau réseau pour relancer la clientèle professionnelle de sa filiale lyonnaise.

Du Hydro à Perpignan, du K•Line à Lyon

Une filiale qui dispose ainsi déjà d’un process de fabrication performant. Les deux sociétés vont toutes les deux continuer à travailler avec Profialis pour le PVC, mais – nouveauté pour Marc Hugi puisqu’il travaille avec Hydro à Perpignan –, TMI-Lyon est cliente de K•Line pour l’aluminium. « Cela ne nous pose pas de problème de découvrir ce fournisseur », précise le gérant, qui poursuit : « K•Line est très forte au niveau commercial et communication et a réussi à truster 70 % des revendeurs installateurs dans le Rhône. Ce n’est pas pour rien qu’ils se lancent aujourd’hui dans l’extrusion et le laquage ».
Côté matériel, Marc Hugi tient à rester à la pointe de la technologie. Un centre de débit et usinage PVC de marque Parveau va être installé en début d’année 2020, et au cours de cette même année, deux lignes de fabrication aluminium supplémentaires sont prévues, probablement de marque Parveau ou Fom. TMI s’est déjà mis en quête de personnels qualifiés pour subvenir à ses besoins, ce qui n’est selon Marc Hugi « pas chose aisée », car « au vu du prix de l’immobilier à Lyon, les ouvriers et techniciens sont contraints de s’éloigner et ne sont donc pas faciles à trouver » !

Une unité de fabrication en projet

Avec ce rachat, Marc Hugi a ainsi répondu à l’urgence de son déficit de production, tout en prenant les rênes d’une entreprise qu’il juge prometteuse. En parallèle, il réfléchit d’ores et déjà à la création d’une nouvelle unité de fabrication dans sa région natale, dans laquelle il estime avoir encore beaucoup de parts de marché à prendre. « Le Languedoc-Roussillon est une zone très prisée – des retraités par exemple –, le marché de la construction mais aussi de la rénovation y est donc très dynamique. Nous aurons dans le futur de nombreuses opportunités avec nos produits moyen-haut de gamme dans cette région », conclut Marc Hugi. D’autres rachats de sociétés ne sont pas non plus à exclure si des opportunités surviennent.