Pour la deuxième année consécutive, les salariés de Somalu, le fabricant français spécialiste de la menuiserie aluminium basé à Castres (81), ont prêté main-forte aux bénévoles de l'association “Tout le monde contre le cancer” pour adoucir le quotidien de malades et de leur famille.
Guillaume Silvestre, le gérant de Somalu, explique les raisons qui l'ont poussé à s'investir dans cette démarche : « je suis arrivé en avril 2016 dans la société, et j'ai fait un infarctus quelques mois plus tard. Cet incident m'a tenu éloigné des terrains quelques temps, et m'a fait prendre conscience qu'une entreprise n'avait pas à être uniquement focalisée sur la recherche de profit, mais devait aussi s'inscrire dans son environnement. J'ai donc décidé d'engager la société et l'ensemble de mes collaborateurs dans une démarche solidaire. Grâce à un vote, les salariés ont choisi de soutenir la recherche contre le cancer à près de 50 % des suffrages et plus particulièrement l’association “Tout le monde contre le cancer”, basée non loin de Somalu, à Villefranche-de-Rouergue (12) et qui réalise plus de 1 000 actions chaque année depuis 12 ans ».
Le partenariat s'est traduit par deux actions : Plus de 200 "Family Box" ont tout d'abord été confectionnées par des volontaires de l'entreprise (pendant la pause du déjeuner), destinées aux malades et aux accompagnants hospitalisés en urgence. Chaque coffret contient un nécessaire de toilette et de beauté, quelques accessoires de confort et des jeux pour les enfants.
Puis, à l'occasion de l'opération “100 Noëls dans 100 hôpitaux”, des “lutins” de chez Somalu ont aidé à organiser le Noël des enfants, au service pédiatrique de l'hôpital Castres-Mazamet. Une opération qui s'est déroulée cette fois-ci sur le temps de travail par cinq salariés de l'entreprise, tirés au sort parmi une vingtaine de volontaires.
« Ces deux actions ont été un vrai succès et la mobilisation de nos salariés ne faiblira pas, nous restons à l’écoute des besoins de l’association tout au long de l'année. J'ai remarqué que nos 90 salariés ont été très sensibles à ces actions et étaient aujourd'hui demandeurs », conclut Guillaume Silvestre. Des actions qui ont eu un rôle de ciment au sein de l'entreprise, selon le dirigeant.