Les Menuiseries de l’Atlantique (une filiale du groupe Quéguiner, spécialiste breton du négoce et de la fabrication de matériaux de construction) vont bientôt démarrer la construction d’une nouvelle usine pour la production de leurs menuiseries PVC au Vern, à Landivisiau (29).

Comme l’explique Mickaël Le Goslès, responsable communication du groupe Quéguiner, ce chantier répond avant tout à un manque de place dans l’usine existante. Il précise : « notre activité de menuiserie PVC grandit, et l’usine actuelle ne répond plus à nos attentes ».

Mickaël Le Goslès

Doubler les capacités de production

Ce nouveau site va également permettre à Quéguiner d’améliorer le confort de travail de ses ouvriers de production (25 des 1128 collaborateurs du groupe y œuvrent actuellement), notamment du point de vue de la circulation, que le manque de place rend pour l’instant compliqué.

Mickaël Le Goslès souligne que, dans un contexte d’accroissement de l’activité menuiserie, la question du manque de place a aussi été l’occasion de concevoir une deuxième ligne de production, qui va offrir la possibilité aux Menuiseries de l’Atlantique de doubler leurs capacités de production et de mieux répondre aux demandes du marché.

Grâce à cette nouvelle ligne de production (le choix des machines n’est pas encore arrêté), les Menuiseries de l’Atlantique pourront ainsi produire de 30 000 à 32 000 pièces par an (contre 16 000 à 18 000 actuellement). Les premières productions qui sortiront de la nouvelle usine sont prévues pour l’hiver 2021.

Un investissement qui s’inscrit dans une série de projets d’envergure pour Quéguiner

D’un montant de trois millions d’euros (hors outil de productions – le calibrage du choix machine étant en cours, le chiffre final n’est pas encore disponible), l’investissement pour cette nouvelle usine s’inscrit dans une série de projets d’envergure pour Quéguiner.

Le groupe, qui s’est déjà porté acquéreur en 2019 d’un terrain de 4 hectares pour la construction d’une usine de fabrication de blocs béton, envisage en effet aussi d’aménager une nouvelle usine destinée à la production d’éléments de chaussée en béton. D’un montant total de 20 millions d’euros, les investissements du groupe vont lui permettre de continuer sa croissance florissante (le chiffre d’affaires de Quéguiner était de 234,7 millions en 2018).

Concernant les Menuiseries de l’Atlantique, des recrutements sont à prévoir (des opérateurs de production notamment), mais les besoins ne sont pas encore précisément connus.

De nouvelles gammes de produits

La future usine dédiée à l’activité des Menuiseries de l’Atlantique va aussi être l’occasion pour l’entreprise de développer de nouvelles gammes de produits, qui lui permettront de mieux satisfaire les envies de sa clientèle.

« Nous avons la volonté de toujours répondre aux besoins du marché, et on sait par exemple qu’aujourd’hui les ouvrants cachés sont très tendance – puisque les gens veulent des menuiseries épurées, précise Mickaël Le Goslès. Nous allons donc créer une gamme de fenêtres à ouvrant caché, tout en développant notre marque de distributeur (sur les portes et fenêtres essentiellement), que nous pourrons ainsi proposer aux réseaux de négoce du groupe ».

Si, concernant cette gamme, l’offre est déjà bien élaborée, (Mickaël Le Goslès signale qu’elle pourrait même commencer à être produite avant l’entrée en fonction de la nouvelle usine), d’autres gammes sont en cours de conception.

Les Menuiseries de l’Atlantique vont également profiter de l’occasion pour étendre leur gamme colorée. Réduite actuellement à des couleurs “tendances” classiques (bleu, blanc, gris, etc.), l’entreprise va désormais pouvoir proposer une gamme plus complète et étendue de matière et de tons.