Le groupe Deceuninck a vu ses ventes du premier semestre 2019 diminuer de 8,5 % à 312,5 millions d’euros (S1 2018: 341,5 millions d'euros), principalement en raison du ralentissement de l’économie turque.
Sur une base comparable, l’EBITDA a diminué à 25,9 millions d’euros ou 8,3 % du chiffre d’affaires (S1 2018: 36,5 millions d’euros ou 10,7 % du chiffre d’affaires). Ceci s’explique principalement par la baisse des volumes et des investissements supplémentaires dans le marketing, partiellement compensés grâce à l’utilisation accrue de PVC recyclé. Le résultat net baisse à (1,2) million d’euros (S1 2018: 7,5 millions d’euros), principalement en raison du ralentissement de l’économie en Turquie.

Ventes plus faibles en France et en Belgique

Les ventes en Europe se sont stabilisées à 170,8 millions d’euros (S1 2018: 170,6 millions d’euros). Le fort développement des affaires en Espagne, au Royaume-Uni et en Pologne a été compensé par une demande plus faible en France, en raison de la faible confiance des consommateurs et des modifications apportées aux subventions à la rénovation, ainsi qu’en Belgique. Les ventes en Allemagne ont été globalement en ligne avec le premier semestre 2018.
« Les effets du ralentissement économique en Turquie, qui étaient déjà visibles au second semestre de 2018, se sont poursuivis jusqu’en 2019, explique Francis Van Eeck-hout, CEO de Deceuninck. Nous restons absolument convaincus du potentiel à long terme de la Turquie, à la fois en raison de son marché intérieur vaste et dynamique et de son potentiel en tant que centre d’exportation ; le moment de la reprise reste cependant difficile à prévoir. En Europe, nous réalisons de bons progrès dans la mise en œuvre de l’intégration de l’Europe occidentale et centrale et dans le lancement de nos nouvelles gammes de produits. Nous sommes également heureux de la croissance de notre nouvelle usine de recyclage, élément essentiel de notre engagement en matière de développement durable », conclut Francis Van Eeckhout.

L’impact des succès de l’équipe cycliste Deceuninck–Quick Step

Côté projets stratégiques, le groupe précise que le renforcement de la marque Deceuninck en Europe prend de l’ampleur, sou- tenu par les nombreuses victoires de l’équipe cycliste Deceuninck–Quick Step au cours de la première moitié de la saison. « Bien qu’il soit trop tôt pour faire une évaluation complète du sponsoring cycliste, il est clair qu’il a été très bien reçu par nos partenaires », explique-t-on chez Deceuninck. Le déploiement de la stratégie « One Europe and One Brand » se déroule comme prévu. Les régions de l’Europe occidentale et de l’Europe centrale ont été fusionnées au sein d’une même équipe de direction. Les préparatifs pour l’intégration des gammes de produits et des plates-formes se poursuivent, à la fois d’un point de vue opérationnel et commercial. « En conséquence, il a été décidé d’étudier une nouvelle optimisation de notre capacité de production en Europe », ajoute le groupe.
Grâce à une joint-venture avec So Easy Holding BVBA, Deceuninck a également élargi sa gamme de produits avec des profilés en aluminium innovants.
Enfin, le groupe belge a précisé que sa nouvelle usine de recyclage de Dixmude (BE) était en pleine croissance.