Fondée en 1956 par René Le Nouy et son épouse, l’entreprise artisanale Le Nouy est aujourd’hui devenue une entreprise industrielle de premier plan dans le Finistère, avec plus de 200 salariés. Spécialisée dans la fabrication de volets roulants, de portails et de fenêtres en PVC et en aluminium, elle a récemment investi dans son process de fabrication de menuiseries PVC.
Comme l’explique Sylvain Muller, le directeur général de Le Nouy, l’enjeu principal de cet investissement portait sur la transitique des menuiseries et la robotisation de certaines opérations de montage. La manutention du dormant et son aiguillage et le flux physique de la menuiserie ont été totalement mécanisés et automatisés. La transformation de l’atelier a donc vu l’arrivée de robots de ferrage Fanuc, de buffers de stockages, de navettes et de convoyeurs automatisés, dont l’installation a été réalisée par la société Inter HM.
Douze salariés ont également rejoint les rangs de l’atelier PVC.

Réduire les risques d’accident du travail et de maladie professionnelle

En procédant à cet important investissement, Le Nouy entendait en premier lieu améliorer les conditions de travail de ses équipes.
Sylvain Muller résume : « L’objectif de ce projet était que les opérateurs puissent rester à leur poste et que ce soit le produit qui se déplace et qui vienne à eux. »
Les postes de montage ont donc été automatisés, tout comme l’approvisionnement, la mise sur table et le déchargement des produits. En ligne de mire, la suppression des tâches de manutention et de recherche des produits, afin que les opérateurs puissent totalement se concentrer sur des opérations de montage et de contrôle, à plus grande valeur ajoutée. Les tâches de pose d’articles (platines, gâches, etc.) sur les dormants ont, elles aussi, fait l’objet d’une robotisation.
Mis en œuvre avant le début de la crise sanitaire, ces changements ont déjà permis de supprimer de nombreuses opérations à risque de troubles musculo-squelettiques et, comme l’explique Sylvain Muller, ils ont également grandement facilité la reprise rapide et sereine des activités. Les employés n’ont quasiment plus de contact avec le produit et les règles de distanciation sociale ont été aisées à déployer.