La société FMA (Fabrication de menuiseries aluminium), installée à La Regrippière (44), vient de racheter LAC (Loire aluminium construction). « Nous désirions monter en puissance et les 16 personnes de LAC étaient formées au métier, explique son dirigeant, Fabrice Choloux, sur ce rachat. Nous avons pu ainsi renforcer notre équipe technique et notre force commerciale pour intervenir sur tout le territoire français, alors que jusqu’à présent nous étions essentiellement présents dans le grand ouest ».
Fabrice Choloux a créé l’entreprise FMA en 2007 à La-Chapelle-Basse Mer, puis F2M pour une diversification vers la menuiserie acier en 2009. En 2011 FMA a déménagé à la Regrippière tout en agrandissant le site de production, puis LAC a été intégrée courant 2017.
« Nous venons de fêter les dix ans de l’entreprise le 27 septembre dernier et à cette occasion nous avons reçu dans nos locaux environ 400 personnes, fournisseurs, clients et bien sûr notre personnel au complet », ajoute Fabrice Choloux.

Un mouton à cinq pattes comme logo
Depuis la création de l’entreprise, Fabrice Choloux a toujours voulu jouer la carte du “sur-mesure” pour répondre aux demandes de ses clients. « Nous nous sommes rendu compte que chaque demande est particulière et requiert une réponse adaptée. Nous produisons donc des “menuiseries remarquables” répondant aux demandes actuelles : la lutte contre l’incendie avec des produits coupe-feu et leurs spécificités, l’intelligence thermique avec les réglementations évoluant constamment vers les bâtiments à énergie positive, l’isolation acoustique et enfin la protection contre l’effraction. Nous avons mis au point ces menuiseries avec les gammistes reconnus », précise-t-il.
La devise de l’entreprise étant “nous fabriquons, vous posez”, elle préfère en effet se spécialiser dans la fabrication et ne pas passer à un stade trop lourdement industrialisé. « Nous souhaitons garder l’esprit de l’artisan, fier du travail bien fait. Nous avons un bureau d’études techniques de 10 personnes dédié aux PV techniques nécessaires pour nos réalisations », précise Fabrice Choloux.

Croissance à deux chiffres
La société, qui emploie 48 salariés dont les qualités principales sont, selon son dirigeant « la réactivité, la compétence et la maîtrise des spécificités demandées par les produits qu’ils réalisent est en pleine croissance : 40 % en 2016 par rapport à 2015 et 20 % en 2017 par rapport à 2016. » La prévision est de 7 millions d’euros à la fin de l’année 2017 et Fabrice Choloux prévoit d’atteindre 8,5 millions pour l’exercice 2018.
« Nous constatons un renouveau du marché du bâtiment ce qui est encourageant. La seule crainte que nous ayons à l’heure actuelle est la concurrence des châssis fabriqués à l’étranger parce que nous ne pouvons pas rivaliser avec leur prix. C’est pour cette raison que nous fabriquons essentiellement du sur-mesure et que nous nous sommes spécialisés dans les moutons à cinq pattes. Nos produits coupe-feu ou de blindage nous permettent d’avoir plusieurs cordes à notre arc », conclut Fabrice Choloux