Cet été sur les plages, on trouvera certainement les éternels beignets et chouchous qui viendront ruiner les régimes que nous avions commencés... le 14 juin, les balles de jokari qui “agrémenteront” de prometteurs débuts de siestes, sans parler des incroyables châteaux de sables qui défieront toutes les règles du code de la construction. Tout y sera, comme tous les étés. Sauf que cette année, sur les plages, on pourra rencontrer... les entreprises qui cherchent des bras !

Oui, vous avez bien lu, l’industrie va faire la tournée des plages. Du 15 juillet au 14 août, le “French Fab Tour” entame une tournée estivale à la rencontre des jeunes et de leur famille afin de promouvoir l’industrie hexagonale sous toutes ses formes !

Ainsi, de Nice à Dunkerque, en passant par Les Sables d’Olonne, 18 escales estivales sur les plages françaises proposeront des activités ludiques, des démonstrations, des animations ou encore des quiz musicaux et des concerts multi-artistes. Tout ça pour séduire les estivants, les amener vers l’industrie et... les embaucher.

Alors, la plage ensoleillée sera-t-elle plus efficace que le Pôle emploi pour répondre aux demandes des employeurs ? Coquillages et crustacés seront-ils de meilleurs alliés pour les recruteurs que les stages et aides diverses du Pôle emploi ?
En fait, il est facile pour moi de railler le “podium Ricard de l’industrie” ou le “Club Mickey de l’embauche” car le sujet est grave et ne mérite pas tant d’ironie.
Car derrière la problématique de l’emploi, il y a des femmes et des hommes qui peinent à trouver un travail, personne ne s’étant préoccupé à les préparer et les former pour y accéder plus facilement.
Et face à cette problématique, il y a des entreprises, des industries, des dirigeants, des DRH trop souvent désemparés face aux difficultés à recruter dans certaines activités et pour certains profils.

« Le bâtiment ce n’est
pas une mine de sel mais
assez souvent... une belle
plage de sable fin ! »

J’ai vérifié, le Pôle emploi propose actuellement 128 aides différentes aux demandeurs d’emploi et que disent les chefs d’entreprises que nous rencontrons dans leurs usines ? Que passer une annonce sur “Le bon coin”, planter un panneau devant l’usine ou faire de la publicité dans des régions sinistrées en matière d’emploi leurs sont aujourd’hui indispensables pour pouvoir embaucher en urgence.

Alors, s’il faut aller à la plage pour séduire les jeunes (et les moins jeunes), leur montrer que l’industrie offre un bel avenir, je crois qu’il ne faut pas hésiter. En matière d’emploi il ne faut d’ailleurs jamais hésiter à quoi que ce soit : former et recruter des migrants (lire nos articles sur les initiatives de Cetih et de Kaluen en pages 36 et 88, Verre & Prteoctions Mag n°111), ouvrir sans cesse ses portes aux écoles, soutenir les concours des métiers, financer des bourses d’études, parrainer les enfants des employés des entreprises, inviter les familles à visiter les usines, et aussi convaincre les enseignants que l’entreprise c’est bien, que le travail c’est épanouissant, qu’un patron ce n’est pas le diable, qu’être ouvrier c’est noble et que le bâtiment ce n’est pas une mine de sel mais assez souvent... une belle plage de sable fin !

En attendant le plein-emploi, je vous souhaite de belles et insouciantes vacances.


Editorial de Frédéric Taddeï dans VERRE & PROTECTIONS MAG n°111 / Juin-Juillet 2019