Au travers de quatre questions simples, plusieurs personnalités dessinent pour nous, le paysage des mois à venir. Partant de leur expérience de l’arrêt brutal de leurs activités, la mise en place d’une reprise et, après le déconfinement du 11 mai dernier, le lent et vital retour à la vie d’avant… Mais en version “après”.
Ces points de vue, parfois divergents, ont toutefois un point commun : la volonté et la foi dans le retour à la croissance sans éluder, il faut le reconnaître, le véritable chemin de Damas que risque d’être le parcours de leurs entreprises dans les temps qui viennent.
Ont répondu les entreprises Atlantem, Atulam, Castes Industrie, Cetih, Concept alu, Dickson-Constant, DSI, Euradif, Fenêtréa, FPEE, France-Fermeture, Homkia, Hörmann, KE France, Lorillard, Minco, Novoferm, Profialis, Reynaers, Tryba, Veka.
Un immense merci d’avoir consacré du temps à ces interviews en pleine reprise de leurs activités.

Concrètement et techniquement, comment comptez-vous gérer les semaines qui suivent le début du “déconfinement” du 11 mai dernier ?

« Dès le 17 mars, avec l’ensemble du comité de direction, nous avons assuré la gestion de cette crise inédite avec trois impératifs clairs : la santé de nos collaborateurs, la santé et la solidarité de la société et la santé de l’entreprise. Nous avons notamment travaillé avec Nova Prévention pour garantir que toutes les mesures sanitaires avaient bien été prises, ce qui nous a permis de reprendre l’activité le 30 mars de manière progressive pour être à 100 % effectif au 27 avril.
Nous étions donc assez sereins pour le déconfinement du 11 mai même s’il fallait et il faut encore rester constamment vigilants sur la mise en place des mesures sanitaires et à l’écoute des inquiétudes de nos collaborateurs. Nous déployons également notre protocole de sécurité dans nos showrooms pour recevoir nos clients particuliers en toute sérénité. Nous sommes déterminés et en capacité de nous adapter en permanence ».

Qu’est-ce qui, selon vous, va être le plus complexe et également le plus aisé à réaliser, une fois l’activité remise totalement en marche ?

« Tout d’abord, la motivation est là pour bien servir le client et le plus rapidement possible. Ensuite, il va falloir continuer à rester vigilants et respecter les règles sanitaires mises en place. Chaque collaborateur est content de revenir travailler, de retrouver un lien social qu’il considère important mais il n’en demeure pas moins que nous devons continuer de nous protéger individuellement pour le seul impératif qui vaille : la santé collective.
Aujourd’hui, chacun est serein quant aux moyens de sécurité sanitaire mis en place dans l’entreprise et c’est ainsi que nous pourrons tous travailler dans de bonnes conditions. Conscients des nouvelles dispositions à prendre chez les clients, nous savons que l’implication de tous est omniprésente et qu’elle sera la clé du succès de la reprise.
Enfin, il va falloir continuer d’échanger régulièrement en interne et avec l’ensemble des parties prenantes pour adapter nos organisations. C’est essentiel ! Nous avons réussi à reprendre l’activité en toute sérénité et en toute sécurité grâce au collectif. Servons-nous de cette expérience pour la faire perdurer ».

Quelles nouvelles mesures concrètes préconisez-vous pour soutenir votre secteur ?

« Nous attendons que le gouvernement agisse pour fluidifier les démarches administratives. C’est l’une des conditions d’une reprise économique efficace ».

Estimez-vous que les marchés et leur fonctionnement (consommateurs, production, mode de croissance, etc.) seront différents après la crise et en quoi ?

« Ce que je vois en premier lieu, c’est l’incroyable force collective qui s’est engagée entre les fabricants, les fédérations, nos fournisseurs, nos concessionnaires pour que nous puissions tous passer sereinement et collectivement cette période singulière.
Demain, il faut espérer que nous allons continuer d’agir pour que cela soit différent : continuons à nous investir dans les associations, syndicats et fédérations pour faire évoluer nos schémas.
Nous entrons dans une période d’incertitude économique pendant laquelle les projets, les investissements vont être impactés mais, j’en suis convaincu, nous allons vers une consommation raisonnée, vers le choix d’investir et non consommer n’importe comment. Choisir un produit tricolore et un installateur local pourrait être un critère de choix demain pour les Français. Chez Concept Alu, nous sommes prêts et au rendez-vous pour les accompagner ».