Schenker Stores France (la filiale hexagonale du groupe suisse Schenker Stores) connaît une croissance qui ne se dément pas et qui lui a permis de recruter récemment 30 salariés en CDI. Avec désormais plus de 130 salariés et un chiffre d’affaires de 27 millions d’euros, l’entreprise n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et prévoit un investissement de 100 000 euros pour rénover ses anciens locaux.
Véritable pivot de la stratégie européenne du groupe (notamment sur les marchés belges, français, néerlandais et luxembourgeois), Schenker Stores France bénéficie depuis mai 2019 de l’expertise de Robert Bolusset, un ingénieur bourguignon, précédemment directeur chez Grundfos (une société danoise spécialisée dans les circulateurs de chauffage). Il succède à Michel Jacob, qui vient de prendre sa retraite après 17 ans de bons et loyaux services.

Nous avons interrogé Robert Bolusset qui commente pour Verre et Protection Mag son arrivée à la tête de Schenker Stores France et ses différentes ambitions pour l’entreprise.

Comment s'est faite votre arrivée à la tête de Schenker Stores France et quelles sont les forces que vous voulez injecter dans l'entreprise ?

« Comme dans beaucoup de cas, mon arrivée chez Schenker Stores est fortuite. J'étais à l'écoute du marché, un cabinet de recrutement allemand m'a contacté, m'a fait part du challenge, j'ai accepté d'aller plus loin dans la phase de recrutement et j'ai accepté le poste.
Le site de Thanvillé est un site industriel où les équipes en place ont une bonne connaissance des produits et des exigences des marchés. Trois forces principales vont être injectées au sein de l'entreprise. Le développement plus intense en termes de leadership, le renforcement de certains processus pour adapter dans certains cas une approche type automobile et l'accroissement de la satisfaction et la motivation des opérateurs et opératrices, élément essentiel à la conduite du changement ».

Quelles sont vos ambitions pour Schenker Stores France d'un point de vue stratégique, commercial et industriel ?

« Notre ambition pour Schenker Stores France est d'apparaître comme un partenaire incontournable pour nos clients, mais aussi pour le groupe sur l'ensemble des produits intégrant des toiles. Nous devons nous positionner en benchmark sur la réalisation des produits qui sont les nôtres. Pour cela, nous devons développer des organisations de production et de logistique sans faille et ainsi continuer à être reconnus dans le domaine. Nous sommes par ailleurs dans une position d'ores et déjà largement favorable.
D'un point de vue commercial, Schenker France a toujours eu pour objectif premier de fabriquer et produire pour son marché principal, la Suisse. La volonté du groupe de se développer à l'export date d’il y a dix ans. Cela a commencé par le lancement d'une équipe commerciale sur le territoire français, puis dans d'autres pays européens (Allemagne, Luxembourg, Italie). Schenker Stores France a donc une équipe de huit commerciaux pour couvrir le marché français ainsi qu'une équipe en interne à Thanvillé. La stratégie est de vendre aux professionnels et d'apporter un produit de qualité, doublé par du service et conseil. Nous sommes spécialistes du store extérieur et c'est cette image que nous voulons promouvoir sur le territoire français.

Notre stratégie est de continuer à se développer à travers nos installateurs, mais également à travers les prescripteurs (architectes, économistes, maîtrises d'ouvrages) qui décrivent nos produits pour la construction de bâtiments publics et privés. Nous avons donc, depuis deux ans, commencé la construction d'une seconde équipe dédiée à la prescription et aux projets. Notre métier est donc aussi d'apporter conseil et solution technique en amont pour trouver le bon produit selon le type et les fonctionnalités du bâtiment tout en respectant le confort des utilisateurs. Enfin, notre dernier axe est la formation. Nous avons débuté il y a quatre ans des formations de pose de nos produits afin d'aider les installateurs à devenir des experts. Chaque année, environ 40 personnes sont formées à nos produits. Cette démarche est positive et essentielle pour garantir la durée de vie de notre produit. Nous allons donc intensifier cette démarche dans le futur ».

Quels sont les éléments de croissance qui vous ont amené à recruter 30 salariés en CDI début 2018 ? D'autres investissements matériels ou humains sont-ils prévus à courte ou moyenne échéance ?

« De manière régulière, le chiffre d'affaires ainsi que le volume de stores produits ont crû régulièrement. En 2002, le site produisait environ 18 500 stores et réalisait un chiffre d'affaires de l'ordre de sept millions d’euros. À ce jour, le site produit 65 000 stores et génère un chiffre d'affaires de l'ordre de 28 millions d’euros. Cette régulière croissance s'est opérée à la fois sur le marché suisse (marché de base), mais également à l'export (France, Benelux, Italie, Allemagne, etc.) ».

Schenker Stores France doit soutenir les efforts de la maison mère pour se développer sur le marché français, le Benelux et dans certains pays européens.
Pourriez-vous nous expliquer en quoi votre stratégie de modernisation de la production s'inscrit dans cette dynamique ?

« Notre avantage concurrentiel, vis-à-vis des marchés qui sont les nôtres, réside dans notre aptitude à servir à la commande, sur un délai court, une large palette de produits. Dans notre métier, la planification à long terme est impossible, puisque le produit commandé est lié aux dimensions des fenêtres ou terrasses. L'unité de fabrication doit être flexible pour pouvoir s'adapter aux fluctuations de charge dans une grande complexité en termes de diversification. Ainsi il est nécessaire que l'outil de production, ainsi que l'outil d'ordonnancement pour le lancement des ordres de fabrication, soient compatibles avec cette nécessaire dualité : complexité, flexibilité.
Sur l'ensemble de nos marchés, le produit Schenker est reconnu comme un produit haut de gamme. Il est absolument nécessaire d'avoir les meilleures performances possibles, à la fois en termes de service, mais également en termes de qualité ».

Quels sont les outils managériaux et méthodologiques spécifiques que vous entendez mettre en place dans cette optique ?

« Chez Schenker la stratégie est définie par le groupe, néanmoins, au sein de l'entité opérationnelle, d'autres facteurs sont nécessaires : de robustes processus à la fois organisationnels et techniques, des employés motivés et satisfaits, le tout supporté par un fort leadership.
Afin d'accroître notre compétitivité et de soutenir notre croissance, nous développons actuellement une approche Lean manufacturing qui va venir renforcer les facteurs internes. Tout commence par une analyse de la situation à travers une "Value Stream Mapping", comprenez une analyse de la chaîne de création de valeur, ceci afin de saisir où sont les goulots d'étranglement en termes de flux et où sont placés les stocks et les encours.
Lorsque cette étude est terminée il s'agit de réfléchir à l'implantation et à l'utilisation des capacités afin d'éviter les goulots d'étranglement, associés à la mise en œuvre d'une livraison optimum des composants sur les postes de travail, ceci via par exemple un train logistique, et, enfin, de chasser les sept gaspillages afin d'augmenter la valeur ajoutée. Nos collaborateurs ont été formés à cette approche, ils ont également la possibilité d'émettre des suggestions d'amélioration via un système d'idées. L'ensemble de nos collaborateurs sont ainsi associés à cette démarche d'amélioration continue qui ne manquera pas de nous conduire vers l'excellence opérationnelle, nécessaire pour garder notre position de leader dans notre activité ».

Propos recueillis par Elsa Bourdot

Photo : Robert Bolusset et Christelle Bertard, directrice commerciale France & Bénélux