Umea est décidément fidèle à Elumatec. Après avoir acquis en 2019 un centre d'usinage cinq axes pour profilés de grandes dimensions SBZ150 (lire www.verreetprotections.com/umea-une-entreprise-adaptee-a-lacroissance), l'entreprise basée à Mortagne-sur-Sèvre (85) a cette fois jeté son dévolu sur le SBZ131, un centre d'usinage 3 axes 1/2 de la marque allemande.
Jérôme Marguet, gérant de cette entreprise spécialisée dans la sous-traitance industrielle en transformation de profilés aluminium, nous explique les raisons de ce choix.

Supprimer les tâches pénibles et répétitives

« Cette machine nous permet aujourd'hui de travailler en "avance cadencée", en réalisant notamment toute une série de tâches (débit, usinage, perçage, taraudage) que l'on faisait autrefois à part, et que l'on peut aujourd'hui effectuer sur la même machine. C'est une révolution pour nous : une fois la barre posée (jusqu'à 9 m), la tête d'usinage pivotante fait tout le travail avec un changement d'outil très rapide et le produit ressort fini, » poursuit le dirigeant.

Jérôme Marguet

Cette solution, qui a nécessité un investissement de 250 000 euros, augmente la productivité de l'entreprise, mais elle lui permet surtout de supprimer des tâches pénibles et répétitives, comme le taraudage manuel de milliers de pièces. Rappelons qu'Umea est une entreprise adaptée et qu'elle emploie 80 % de personnes en situation de handicap. « Nous ne cherchons pas avec cette nouvelle machine à faire des économies de masse salariale, mais plutôt à mécaniser là où c'est possible pour développer avec le temps gagné des aspects plus gratifiants de notre métier », précise Jérôme Marguet.
« Nous allons par exemple lancer prochainement un programme de formation à la soudure, car de plus en plus de clients nous demandent de leur fournir des pièces assemblées », poursuit-il.

Un nouveau process de sciage

Par ailleurs, la SARL va prochainement investir dans deux scieuses automatiques (toujours chez Elumatec), pour améliorer son process de sciages d'équerres. « Nous produisons quatre millions d'équerres d'assemblage chaque année pour les fabricants de fenêtres », explique le gérant. « Nous avons pour l'instant un contrôle de cotes en sortie de machine, et comme nous sommes sur des débits automatiques, nous devons presque effectuer du contrôle unitaire, ce qui n'est ni idéal, ni gratifiant pour les opérateurs, sans parler des taux de rebuts importants ». Umea a donc répondu à un appel à projets de la région des Pays-de-la-Loire ("L'Industrie du futur"), qui va lui permettre de bénéficier d'une subvention pour améliorer son process de sciage avec l'aide d'un consultant extérieur.
« Le process sera composé de deux scies automatiques, un petit pont roulant de 250 kg max adapté à nos profils, et, en sortie, un système de tapis roulants ainsi qu'un lecteur laser. Ce dernier va automatiser le contrôle en éjectant les équerres non conformes. On pourra ainsi proposer plus de références d'équerres, et même produire deux épaisseurs d'équerre en même temps », se réjouit Jérôme Marguet.
Un effort qui va encore une fois permettre à l'entreprise d'améliorer sa productivité et sa fiabilité, mais aussi la satisfaction client.