En Savoie, un restaurant d’altitude vient d’ouvrir à Prajourdan, dans la commune d’Aime-la-Plagne (73). Il est situé à 1965 m d’altitude, au-dessus de la vallée de la Tarentaise. Ce bâtiment, couvert de verre et de métal sur un socle en pierre, fait face aux montagnes alentour et notamment au mont Blanc vers le nord. Alain Palma, architecte pour l’atelier Plexus, précise : « L’idée est d’évoquer un cristal ou un glacier, pour que le bâtiment se fonde dans le paysage. Les panneaux des façades, de teinte gris bleuté, brillent comme les arêtes des sommets environnants, tandis que le socle, en grande partie enterré, est revêtu de pierres de Vals, prenant l’aspect d’un rocher griffé. »

Vue jusqu’au mont-Blanc
Le projet est situé sur un plateau à 1965 m d’altitude, au sud du village de Montalbert et à l’ouest de la station de La Plagne Aime. Le plateau, point culminant de ce secteur, permet d’embrasser du regard un paysage magnifique sur les montagnes alentour et notamment le mont Blanc vers le nord.
Les constructions dans l’environnement du projet sont principalement d’anciennes granges et d’anciens chalets. Ce sont des constructions présentant des volumétries simples, couvertes par de grandes toitures à deux pans. Sur le site est présente la nouvelle gare d’arrivée de la télécabine de Montalbert, qui reprend la même morphologie simple et épurée. Le ski est pratiqué sur la partie non cultivable de la montagne, à l’ubac.
Le projet est implanté de façon linéaire, parallèlement au câble du téléphérique et en bordure du plateau. Ce bâtiment est orienté nord-sud, pour préserver la visibilité vers le mont Blanc au nord, et vers le paysage au sud. Côté sud, un porte-à-faux supporte un balcon qui permet d’observer le lac en contrebas de la pente.
Le bâtiment est mince et étroit dans le sens est-ouest, et doté d’une architecture dédiée à la contemplation du paysage. Il est à cheval sur la cassure de la pente et ses terrasses forment autant de balcons sur le paysage. Grâce à cette disposition et à son éloignement de la gare, la vision sur le paysage au sud comme au nord restera possible pour tous les usagers du plateau.
Alain Palma précise : « L’écriture architecturale contemporaine proposée possède une géométrie simple et épurée, elle connote un cristal de glace posé sur un socle rocheux, avec des parties transparentes et translucides. »
Au sud, le volume aérien du restaurant forme un important porte-à-faux au-dessus du vide, jouant avec la pente naturelle du lieu et donnant l’impression d’être posé en équilibre au bord du précipice. À l’intérieur, l’expérience vécue par les convives sera d’être projetés en plein ciel, au-dessus du vide et du lac, pour admirer l’incroyable paysage et toutes les nuances subtiles de la lumière sur les sommets environnants, au fil des heures du jour ou du soir, en dégustant une cuisine d’exception.

Détail du mur-rideau


Une salle de restauration panoramique vitrée sur trois faces pour une vue spectaculaire sur les massifs environnants
L’accès au bâtiment se fait de plain-pied, à pied ou à ski à partir de la gare d’arrivée du téléphérique. Ce bâtiment est un pari culinaire : le rez-de-chaussée accueille un snack-bar, mais le premier étage abrite un restaurant gastronomique. En complément, un petit logement de fonction est situé dans le socle, au niveau R-1, pour des occupations occasionnelles.
Dès l’entrée du bâtiment, la façade vitrée de l’accueil permet une bonne lisibilité des fonctions. L’entrée se fait face au bar, le public est ensuite orienté vers la salle de restauration gastronomique à l’étage ou vers le snack au rez-de-chaussée. La salle du restaurant panoramique au premier étage est vitrée sur trois faces et offre une vue spectaculaire sur les massifs environnants. Elle dispose d’une ambiance très douce, calme et chaleureuse, grâce aux matériaux qui sont mis en œuvre : bois en décoration au plafond, sol en moquette rase, cheminée, éclairages d’ambiance adaptés, etc. Elle dispose d’une terrasse recouverte de bois de mélèze et orientée au sud, vers les massifs de La Plagne et le Mont Jovet. Une autre terrasse, permettant une vue exceptionnelle sur le massif du Mont-Blanc, est accessible depuis la zone de réception à ce niveau.
Le snack, implanté au rez-de-chaussée, dispose également de façades largement vitrées proposant aux convives une vision panoramique. Sa terrasse est implantée en façade ouest et dispose d’un très bel ensoleillement.

Mur-rideau réfléchissant
La structure du bâtiment est en béton et ses dimensions de 33 m de long pour 10,40 m de large. Au rez-de-chaussée, la structure reprend le porte-à-faux côté sud. La poutre en métal reprenant les charges de ce porte-à-faux se poursuit à l’intérieur du bâtiment sur une longueur de 6 m, et présente donc une longueur totale de 12 m environ. Elle présente une hauteur de 850 mm.
Le socle, (niveau R-1) en grande partie enterré, est revêtu de pierres de Vals de couleur gris nuancé mêlé de veines blanches en quartz. Ces pierres sont disposées en strates horizontales irrégulières avec des faces externes éclatées, prenant l’aspect d’un rocher griffé. L’aspect brillant de cette pierre, extraite en Suisse, est mis en valeur par sa découpe : elle est sciée sur toutes ses faces avant d’être coupée en deux par éclatement. La face éclatée présente cet aspect de roche naturelle, alors que les joints horizontaux sont alignés.
Les façades des étages supérieurs sont unifiées par un mur-rideau périphérique et proposent une alternance de parties vitrées et opaques, présentant une harmonie entre elles. Ces panneaux verticaux opaques de teinte gris bleuté et légèrement réfléchissants brillent comme les arêtes des sommets environnants. De jour, les façades très vitrées reflètent le paysage comme le fait la surface du lac en contrebas. De nuit, lors d’ouvertures exceptionnelles, elles révèlent les activités internes et l’ambiance chaleureuse de ses espaces. Les murs-rideaux sont des murs classiques à grille, Wictec 50 de Wicona, de coloris gris anthracite (Ral 7016). La bordure des deux balcons est continue avec les murs-rideaux.
La trame de la grille est de 1,20 m de large, avec des verres clairs pour les étages et des verres émaillés pour les parties opaques devant les planchers. La travée opaque du bas (entre le R-1 et le rez-de-chaussée) a une hauteur de 1,20 m, puis le rez-de-chaussée est haut de 2,50 m. Son plancher haut est opaque (émaillé) sur une hauteur de 0,78 m. La hauteur du 1er étage est de 2,80 m, et le couronnement mesure 1,40 m de haut, en incluant la dalle de couverture et le faux plafond.
Les murs-rideaux comprennent également quelques ouvrants VEC, quelques ventilations (avec grilles à lames en ventelles pour la ventilation des cuisines), et des portes d’accès vers l’escalier de secours.
Alain Palma précise : « Les murs-rideaux ont un faible jeu de 6 mm en fond de feuillure, ce qui a imposé une grande raideur du bâtiment pour éviter les tensions sur les verres. La surface vitrée est de 241 m2 sur les façades ouest et est, et de 90 m2 pour les façades nord et sud. »
La toiture est une terrasse en béton, protégée par une étanchéité, avec une pente à 1 % et une finition en gravillons. Roland Berchoux, chargé de prescription secteur sud pour AGC Glass France, indique : « L’harmonie des éléments de vision et des parties opaques a été obtenue avec deux vitrages. » Les parois opaques sont recouvertes d’un verre Stopsol super silver clair émaillé, de 8 mm. Les doubles vitrages transparents comprennent un verre réfléchissant Stopsol super silver clair, trempé HST, séparé par une lame d’argon de 16 mm du verre feuilleté Stratobel 55.2 Clearvision Iplus Advanced 1.0, adapté pour cette altitude.