Fondée en 1986 à Antibes (06), MVA est spécialisé dans la conception, la fabrication, la vente et la pose de menuiseries aluminium et PVC. L'entreprise d'une cinquantaine de salariés est un gros acteur de la région, puisqu'elle possède, outre son nouvel atelier de Valbonne, un magasin de 400 m2 à Antibes ainsi qu'un bureau de vente à Monaco.
MVA a une petite activité de négoce de PVC, mais c'est surtout dans l'aluminium qu'elle se distingue avec 90 % de son chiffre d'affaires. En partenariat avec Schüco (dont elle est Partenaire Référence), l'entreprise fabrique des fenêtres (70 % de sa production environ), des portes, des volets et des pergolas/vérandas pour une clientèle haut-de-gamme, de Menton à Saint-Tropez, en passant par la Corse.
MVA a la maîtrise complète de son exercice, elle fait tout de A à Z : bureau d'études, fabrication, pose, conduite de travaux, et service après-vente.
Son activité est partagée entre la rénovation et la construction. Beaucoup de ses chantiers s'assimilent à de la construction, car, comme l'explique Thomas Cignoni, co-dirigeant de MVA, « nous sommes dans une zone très dense dans laquelle il y a très peu de terrains et donc très peu de permis, ainsi beaucoup de chantiers sont des reconstructions ».
MVA s'est par ailleurs fait une spécialité de la technologie suisse Sky Frame (fenêtres coulissantes sans cadre), dont elle est le premier distributeur en France (70 % des ventes). L'entreprise vient ainsi tout juste de livrer deux gros bâtiments équipés de ces produits à Monaco.

Nouvelles machines à commande numérique

Pour accompagner sa croissance (11 millions de chiffre d'affaires en 2018), MVA a récemment investi dans l'acquisition d'un bâtiment de 1 500 m2, contre 1 000 m2 pour ses anciens locaux. « Pour l'instant, seule la production a été déménagée », explique Thomas Cignoni. « Il nous reste six bons mois de travaux », poursuit le dirigeant.
L'entreprise Antiboise a en outre récemment investi dans des machines à commande numérique de marque Fom : centre d'usinage, scie à double-tête, scie mono-tête, poinçonnage, etc. Ces investissements se montent à trois millions d'euros pour le bâtiment et à un peu moins d'un million pour les machines.

En quête de collaborateurs qualifiés

« Nous avons des perspectives d'évolution importantes en terme de fabrication », explique Thomas Cignoni. « Nous fabriquons aujourd'hui à 90 % pour nous-mêmes, mais nous souhaitons bientôt initier des partenariats avec des professionnels, et cela passe par des recrutements ». MVA cherche ainsi des poseurs, des fabricants ainsi que des dessinateurs spécialisés dans l'aluminium. « Au vu de notre actualité, et même si nous n'avons rien contre la formation (bien au contraire), nous cherchons des collaborateurs qualifiés, même s'il est de plus en plus difficile d'en trouver », regrette le dirigeant. Une directrice de la communication a d'ores et déjà été recrutée en janvier dernier en la personne d'Hélène Barbier.

Les trois dirigeants de MVA.
De gauche à droite : Jean-Marie Sérié, Marc et Thomas Cignoni.