La société MSI, spécialiste des études de marché, vient de publier son dernier opus dans lequel elle analyse l’évolution du marché français des portes de garage, avec une analyse détaillée du marché pour 2013, des données historiques depuis 2009, différentes segmentations de marché ainsi que des prévisions.
Cette étude comprend également une analyse de la structure concurrentielle et des facteurs impactant le marché. Dans cette étude, ou trouvera des données chiffrées sur les tailles de marché, des données rétrospectives depuis 2009 ainsi que des données prévisionnelles jusqu’en 2018.
Chaque tableau de données chiffrées publié par MSI est accompagné de commentaires expliquant les répartitions des différents segments ainsi que leurs évolutions. Notons que cette étude n’est pas établies par une simple addition des chiffres d’affaires des entreprises par code NAF mais par des entretiens directs avec les différents acteurs du secteur.

Un marché de la rénovation moins difficile qu’escompté
On estime le marché français des portes de garage en 2013 en recul d’environ 6 % par rapport à 2012, à environ 415 000 unités. Cette baisse de l’activité intervient dans un contexte économique et fiscal toujours très dégradé qui bride la capacité/propension des ménages à concrétiser leurs projets de travaux, d’accession à la propriété, ou encore d’investissement locatif…
En 2013, la baisse du marché a en premier lieu concerné le secteur du premier équipement, en lien avec une rechute de l’activité de construction depuis début 2012. Indépendamment du contexte économique et fiscal, cette baisse d’activité est pour partie liée à l’existence de plusieurs freins à la propriété individuelle comme la hausse des prix du bâti, la raréfaction et le renchérissement du foncier, l’impact de la RT 2012, le durcissement des conditions d’accès au crédit bancaire, le durcissement des conditions d’attribution du PTZ+, la volonté des pouvoirs publics de limiter l’étalement urbain…
En rénovation, l’année 2013 aura finalement été moins difficile qu’escompté. Si la plupart des spécialistes du sur-mesure font état d’une nette dégradation de l’activité au premier semestre, surtout entre janvier et avril, avec des baisses d’activité à deux chiffres pour plusieurs acteurs, le second semestre a en revanche été plus favorable.

Les portes sectionnelles prennent le pouvoir
Concernant les différents types d’ouvertures, les tendances observées ces dernières années se poursuivent, selon l’étude de MSI, à savoir une prise de parts de marché des portes sectionnelles sur les portes basculantes et traditionnelles ainsi que le développement des ventes de portes enroulables, à un rythme toutefois moins soutenu que par le passé. Quant aux portes “latérales”, qu’on retrouve notamment dans le quart nord-ouest du pays, en remplacement de portes coulissantes, elles se stabilisent à environ 15 % du total des ventes de portes sectionnelles sur-mesure.
Dans l’habitat collectif (portes de box), où le prix constitue un critère de choix premier pour les promoteurs immobiliers et les gestionnaires d’immeubles, les portes basculantes économiques (simple paroi, manuelles, de couleur blanche) demeurent prépondérantes.

La couleur poursuit sa progression
Parmi les principales tendances observées ces dernières années, on remarquera notamment la progression de la couleur (et plus particulièrement le gris anthracite RAL 7016), le recul du motif “cassettes” (au profit de panneaux lisses, micro-rainurés ou avec une seule grande nervure centrale) et une demande pour des hublots plus différenciés/design.
Des tendances qui, outre une recherche accrue de personnalisation de la part des clients finaux, traduisent la volonté des acteurs du sur-mesure (fabricants, artisans) de se différencier des productions standardisées des enseignes de la grande distribution et du négoce en matériaux.

La concurrence étrangère pèse sur les prix
On remarquera enfin que le marché des portes sectionnelles sur-mesure est bien plus concurrentiel que par le passé, avec des tarifs globalement tirés vers le bas. Outre une multiplication du nombre d’assembleurs ces dernières années (à une époque où ce marché affichait des taux de croissance à deux chiffres), ce constat est lié à la politique tarifaire agressive menée par certains fabricants hexagonaux et à un développement d’une concurrence étrangère à bas prix en provenance de l’étranger (Portugal, Europe de l’Est). Une pression sur les prix que les spécialistes du sur-mesure s’attachent à compenser en faisant évoluer leur mix-produit vers davantage de différenciation (lignes contemporaines, gammes harmonisées, options décoratives etc.) et de valeur ajoutée (portes sectionnelles avec portillon intégré, portes sectionnelles latérales, laquages spécifiques, options domotique, portes battantes en aluminium etc.).