Convaincu que l’Homme occupe une place centrale au sein de l’entreprise et que l’épanouissement des collaborateurs est un avantage décisif dans le contexte économique actuel, Philippe Tschoeppé, actuel dirigeant de l’entreprise qui porte son nom, a souhaité inviter Jean‐François Zobrist à rencontrer le personnel Tschoeppé.
Jean‐François Zobrist se définit lui-même comme un petit patron naïf et paresseux ! Le ton est donné. Quand on lui demande de parler de lui, il parle de ses mentors : Max Rousseaux, le patron de PUM, qui lui a donné sa chance, Jean‐Christian Fauvet, l’initiateur de la socio‐dynamique et Shoji Shiba, spécialiste mondialement connu du management par la qualité et l’innovation.
Il a été patron pendant 30 ans de Favi, le leader mondial en fonderie sous pression d’alliage cuivreux et sous-traitant automobile.

L’innovation “sociale”
Jean‐François Zobrist est probablement le seul en France à avoir appliqué avec autant de succès les principes de l’entreprise libérée. Partant des postulats que l’Homme est bon et que chaque dirigeant doit s’interroger sur sa propre création en valeur, le discours de Jean‐François Zobrist bouscule avec bon sens et passion, de façon iconoclaste ! Des principes qu’il prône aujourd’hui au sein des entreprises lors de nombreuses conférences et formations.
Engagée dans une démarche Lean, l’entreprise Tschoeppé aborde depuis quelques années, une nouvelle facette de l’innovation : l’innovation “sociale”, celle qui s’appuie sur l’écosystème de l’entreprise : ses salariés, ses clients, ses partenaires, ses fournisseurs,... plus globalement : l’individu.
Rappelons que le Lean Management vise en effet l’amélioration des performances de l’entreprise par le développement de tous les employés.
Ce Lean Management a un double objectif : la satisfaction complète des clients de l’entreprise, qui se traduit en chiffre d’affaires et le succès de chacun des employés, qui se traduit en motivation et engagement.
Au-delà des principes du “Juste‐à‐temps” et la résolution immédiate des problèmes, le Lean encourage l’autonomie des salariés : les opérateurs s’engagent dans l’amélioration de leurs propres postes de travail pour éliminer les soucis d’ergonomie et trouver des astuces permettant de travailler plus efficacement et réduire les gaspillages.
Le rôle des managers est donc de soutenir ces actions d’amélioration au quotidien, afin que chacun dans l’entreprise puisse d’une part, partager le sens de la qualité offerte au client, et, de l’autre, être force de proposition et avoir l’occasion de réaliser sa part de créativité dans le travail de production.
Cette nouvelle approche, qualifiée d’innovation ouverte, est un concept commun à l’entreprise libérée.
« C’est donc dans cette démarche d’autonomie des salariés et afin de continuer la réflexion sur l’amélioration de nos trois piliers (la satisfaction client, l’épanouissement de nos équipes et la performance de l’entreprise) que Philippe Tschoeppé a souhaité que Jean‐François Zobrist passe la matinée à échanger avec les équipes Tschoeppé, sur le terrain et en mode conférence » précise-t-on chez Tschoeppé.

Chaque salarié a eu un accès privilégié à Jean-François Zobrist
Cette rencontre, instructive et conviviale, s’est articulée autour de différentes séquences qui ont permis à chaque salarié d’avoir un accès privilégié à Jean‐François Zobrist. Après une visite de l’usine et des différents services, ce dernier a également tenu une conférence pour l’ensemble du personnel.
L’objectif de cette journée est avant tout de faire évoluer la culture d’entreprise, d’encourager les salariés dans la prise d’initiative, et de s’inspirer des principes de l’entreprise libérée.
« L’idée, explique-t-on chez Tschoeppé, est que chaque collaborateur puisse identifier ce qu’il serait possible d’appliquer en interne, pour quel résultat et éventuellement de lancer quelques actions concrètes.
Souhaitant faire bénéficier un maximum de personnes de la présence de Jean‐François Zobrist, l’ensemble des partenaires Relais Confiance Tschoeppé ainsi que plusieurs entreprises alsaciennes ont également été invités à cet événement. Une conférence leur a été réservée en fin de journée, lors de laquelle il a débattu sur la question “Donner plus de responsabilités à ses salariés est‐il gage de performance ?”. Cette journée s’est clôturée autour d’un cocktail dînatoire.