La société Miroiterie vitrerie du Berry est implantée à Châteauroux, dans l’Indre. Elle a été créée il y a plus de cinquante ans par les frères Montoya, André, chargé de la menuiserie et Georges de la miroiterie. Dominique et Claudie Maisonnier ont repris l’entreprise en 2015 à la suite du départ à la retraite des anciens dirigeants.
Nous avons eu un entretien avec Dominique Maisonnier qui nous a présenté l’entreprise et ses vues personnelles sur son devenir.

Quelles raisons vous ont poussé à reprendre la SMVB ?

« J’ai passé une dizaine d’années dans le groupe Saint-Gobain Glass aux Miroiteries de l’Ouest à Limoges, puis dix ans environ dans une entreprise de pose de menuiseries et enfin une décennie dans les énergies renouvelables. La cinquantaine étant là j’ai eu envie de changer et de devenir mon propre patron. Ma formation sur le terrain m’a naturellement conduit vers le verre et la menuiserie, qui vont ensemble. Claudie a une bonne expérience de la comptabilité et de la gestion administrative, donc nous nous complétons parfaitement ».

Décrivez-nous votre entreprise.

« Elle comporte huit salariés pour un chiffre d’affaires de 900 000 à 950 000 euros, nos locaux s’étendent sur 1 000 m2. Nous les avons rénovés pour améliorer l’isolation thermique et l’éclairage des zones de travail. Nous avons tenu à assurer des conditions de travail correctes et veiller à la sécurité du personnel. Nous avons aussi aménagé un showroom pour présenter nos produits en miroiterie, décoration intérieure et en menuiserie.
Les machines de production avaient une trentaine d’années et les pannes récurrentes commençaient à coûter cher, c’est pour cette raison que nous les remplaçons. Nous avons déjà investi dans une perceuse double tête pour le verre, une rectiligne et un palonnier à ventouse. Nous allons dans les mois à venir continuer à investir dans des tables de coupe plus performantes pour le verre feuilleté et le vitrage simple, des tables vont nous permettre de couper des plateaux entiers, de réduire les chutes et limiter la manutention ».

Vous avez aussi développé la menuiserie.

« Oui, nous sommes partenaires du réseau “La boutique du menuisier”, ce qui nous permet de proposer des produits d’origine française de qualité et de plus nous avons notre propre usine dans l’Aveyron. Nous faisons de l’aluminium à rupture de pont thermique avec des profilés Technal, du PVC, du bois et du mixte aluminium/bois. Nous installons aussi des vérandas, quatre à cinq par an, des volets, des portes et des portails ».

Quels sont vos clients ?

« Essentiellement des professionnels : miroitiers, peintres, menuisiers etc., mais aussi les particuliers pour des miroirs, des crédences, des vitrages d’inserts de cheminées etc. Nous travaillons pour des magasins de bricolage, des fabricants d’enseignes, des cuisinistes...
Nous commercialisons aussi du double vitrage et des vitrages spéciaux. Nous avons en stock du verre feuilleté, des verres colorés et imprimés.
Par ailleurs nous sommes référents pour plusieurs compagnies d’assurances et nous assurons le remplacement de casse ».

Comment voyez-vous l’avenir ?

« Dans le domaine du verre, le développement me semble limité sur Châteauroux où il n’y a pas, à l’heure actuelle, de constructions importantes ni de permis de construire en préparation. Par contre j’envisage une augmentation globale de la menuiserie et nous avons un commercial itinérant se déplaçant en clientèle. L’entreprise est solide, bien implantée depuis longtemps sur le plan local et sa notoriété est bonne. Nous travaillons sur l’Indre et les départements limitrophes ».

Propos recueillis par Christian Faivre-Delord