Steve Grandpierre était déjà l’un des cadres dirigeants de l’entreprise lorsque les anciens gérants lui ont proposé d’en prendre les rênes il y a un an et demi.
Aujourd’hui le groupe, créé en 1987 et chapeauté par la holding SIGP, est composé de trois sociétés : SIMP pour la menuiserie PVC, Sima pour la menuiserie aluminium et SIVR pour les volets roulants et battants. Basé à Saint-Romain-de-Colbosc (76), il totalise une soixantaine de salariés pour un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros environ. Il travaille exclusivement en B to B pour des clients installateurs situés dans le grand nord-ouest de l’Hexagone.
« Ayant une formation dans le génie civil, j’avais été embauché au départ avec la mission d’industrialiser le site », explique Steve Grandpierre. « Mon père était fabricant de volets et de vérandas, et je possédais alors ma propre société de fabrication de volets roulants, le domaine n’était donc pas nouveau pour moi ».
« Par la suite, dans une optique de diversification, j’ai proposé à mes dirigeants de nous lancer nous aussi dans le volet roulant, tout en prenant des parts dans la société. Nous avons ainsi créé SIVR, avec un bâtiment dédié, activité qui monopolise toujours aujourd’hui cinq personnes », poursuit le dirigeant.
Une fois à la tête du groupe, Steve Grand-pierre s’est attaché à développer le secteur commercial et a vite compris l’intérêt grandissant du marché pour l’aluminium. « Comme beaucoup d’acteurs, nous avions constaté une légère désaffection des clients pour le PVC, même si cela avait été atténué chez nous par notre positionnement haut de gamme. Nous étions par exemple l’un des premiers en France à investir dans la machine de soudure invisible Ryko SL4FF EVO, qui avait immédiatement embelli nos menuiseries PVC », explique le gérant.

Une nouvelle gamme alu haut de gamme

Mais aujourd’hui, c’est bien l’aluminium qui a le vent en poupe. Ainsi en association avec le gammiste AluK, Sima a récemment développé la fenêtre Siline, qui s’annonce prometteuse : outre des coefficients thermiques élevés, cette menuiserie exclusive et facilement “industrialisable” accueille plusieurs organes de sécurité et comporte des dormants identiques, pour un ouvrant visible comme pour un ouvrant caché.
« Cette gamme a aussi l’avantage de monter dans des hauteurs très importantes (en standard jusqu’à 2,60 m), ce qui est de plus en plus demandé par les architectes, qui souhaitent obtenir de grandes surfaces vitrées, » se félicite Steve Grandpierre.

Nouveau bâtiment et machines modernes

Pour lancer sa nouvelle “star”, la société a investi un million d’euros. Un bâtiment de 1 500 m2 est sorti de terre pour accueillir de nouvelles machines : un centre de débit et d’usinage de marque Schirmer, une sertisseuse 4 têtes ainsi qu’une presse à vitrer.
Pour les faire fonctionner, la société cherche actuellement trois ou quatre opérateurs de production, plutôt orientés automatisme.

La véranda en projet

Steve Grandpierre fonde ainsi de grands espoirs dans l’aluminium, qui devrait atteindre 50 à 60 % de sa production dès cette année, contre 30 % aujourd’hui.
Toujours avec ce matériau, le dirigeant a aussi pour 2019 un projet qui lui tient à cœur : la fabrication de vérandas prêtes-à-poser. « Mais de la belle véranda ! » précise-t-il, « avec des profilés que nous dessinerons nous-mêmes et que nous ferons extruder, barretter et laquer. Toujours dans notre logique qualitative, ces vérandas à toiture plate seront dotées du vitrage chauffant Calorglass de Riou Glass ».
Parmi les investissements de SIMP, citons enfin le développement d’un configurateur en ligne qui sera opérationnel dès 2019, un outil « indispensable » selon le dirigeant, pour « continuer à proposer à nos clients des produits mais aussi des services de qualité ».