L’offre de deux nouveaux immeubles “l’Horizon”, au coeur du quartier d’affaires de Châteaucreux à Saint-Etienne (42) et dans le prolongement de la plateforme d’échanges multimodale (gare TGV, TER, tramway, bus…), est qualitativement attractive. L’Horizon incarne un nouvel élan urbanistique stéphanois et requalifie un quartier tertiaire.
Ce programme conjugue avec équilibre des espaces de bureaux en étages et propose une palette de locaux commerciaux et de services en rez-de-chaussée. Les deux bâtiments sont rectilignes sur cinq et six niveaux. L’un d’eux entrecoupé de percées visuelles et de passages piétonniers offre aux regards de la ville une façade mi-mur rideau mi-végétalisée, le long de l’Esplanade de France.

Subdivision des parties vitrées et pleines des murs rideaux pour animer et colorer les façades
En parallèle, le second bâtiment crée avec le précédent une promenade intérieure à ciel ouvert, émaillée de part et d’autre de commerces dont un grand nombre disposeront d’une deuxième vitrine côté esplanade. La présence de passerelles distribuant les deux constructions participe à l’animation de cette promenade qui, pendant la journée, est un lieu ouvert au public. « Nous avons cherché à optimiser le clair de jour, précise Benoît Daudel, architecte au cabinet Art+I (Lyon), ce qui explique cette façade très tramée sur une grande hauteur. Nous avons travaillé à une subdivision des parties vitrées et pleines des murs rideaux pour animer et colorer les façades ». Un parti visuel fort s’affiche également au sud avec une végétalisation sur les deux premiers niveaux visibles depuis l’esplanade. Elle participe activement au contrôle des apports thermiques. « Nos choix techniques et esthétiques, poursuit Benoît Daudel, ont été guidés par l’objectif de limiter l’impact du bâtiment sur l’environnement, tant à la construction qu’à l’usage ».

Répartition cadencée des différentes largeurs de châssis
Sur une Shon de 16 500 m², (dont 13,000 m² de bureaux, 3 500 m² de commerces et services et 450 places de parking en sous-sol), les deux immeubles au statut BBC ont été conçus aux exigences HQE. Par exemple, en faisant appel à la bioclimatique avec une façade sud et une toiture en partie végétalisées ou encore en épousant les derniers standards et normes environnementales. Côté nord, ouvert sur une vaste perspective au-delà de la voie ferrée, la protection acoustique a été portée à 40 dB.
La grande hauteur sous plafond de chaque niveau (2,70 m) et la large trame des murs-rideaux Wictec 50EL à bandes filantes de Wicona, délivrent une esthétique homogène entre vitrages fixes et parties pleines, ouvrants à l’anglaise pour répondre aux exigences du désenfumage.

Création d’un dormant spécifique
« Le projet induisait des façades à l’esthétique recherchée, expli­que Pascal Chapellon, des Métalleries du Forez (Montbrison). C’est sur la base de murs-rideaux Wictec 50 EL qu’une solution personnalisée a donc été adoptée. Elle comportait la création d’un dormant spécifique permettant d’avoir des bandes filantes et des vitrages collés bord à bord avec une parclose de faibles dimensions. Cette solution avait aussi l’avantage d’être préfabriquée en atelier puis posée depuis l’intérieur en s’affranchissant des échafaudages et des nacelles, ce qui induit des coûts particulièrement compétitifs », précise Pascal Chapellon.
Plus de 1000 châssis offrent en conséquence de généreuses surfaces de vitrage et délivrent un apport optimal de lumière naturelle voulu par le projet. Une répartition cadencée de leurs différentes largeurs contribue à l’animation de la façade, mais aussi à la flexibilité et à la division des espaces de bureaux. Matériaux et systèmes constructifs ont été sélectionnés pour garantir pérennité, qualité, confort thermique, lumière naturelle, économies d’énergies et d’entretien.

pk2