Depuis 2015, l’Icam - site de Lille et le groupe Covanord, spécialisé dans la valorisation des déchets métaux ferreux et non-ferreux, collaborent étroitement sur plusieurs projets. Le dernier en date : la conception d’une ligne de démantèlement permettant de recycler les fenêtres à double vitrage.
Avec quatre déchetteries professionnelles autour de Lille et du Valenciennois, Covanord permet aux artisans et collectivités de recycler l’ensemble des déchets tels que : gravats, bois, déchets verts, plastique, déchets non dangereux, verre, etc. Le groupe orchestre l’ensemble des opérations de collecte : traçabilité, transport, tri, traitements et donne ainsi une seconde vie aux matières revalorisées dans les meilleures filières économiques et environnementales.
Covanord, qui compte 27 collaborateurs, a réalisé en 2016, un chiffre d’affaires de 22,4 millions d’euros.

Une innovation unique dans les Hauts-de-France
Après avoir fait appel à l’Icam en 2015 pour la réalisation d’une étude de marché sur les déchets de plâtre dans le secteur du BTP, le spécialiste du recyclage de métaux, implanté à La Chapelle-d’Armentières (59) se tourne à nouveau vers l’école d’ingénieurs pour un second projet : concevoir un outil industriel dédié au démantèlement des fenêtres à double vitrage.
« Nous avons choisi de faire appel à l’Icam car l’école connaît réellement le monde de l’entreprise, notamment nos attentes et exigences en matière d’innovation. Nous recherchions un partenariat neutre avec une palette de compétences transversales. L’Icam a rapidement cerné nos besoins », explique Olivier Wdowiak, directeur QHSE de Covanord.

L’école a proposé trois concepts de démantèlement
Ce projet, qui a débuté en mars 2016, s’est déroulé en plusieurs étapes. Après avoir analysé le déchet, l’Icam a proposé trois concepts de démantèlement.
« Nous avons axé nos recherches et essais sur plusieurs aspects, la sécurité des opérateurs et l’ergonomie du poste de travail, un sujet central pour Covanord, et le temps de démantèlement de la fenêtre afin de valider la rentabilité de cette future activité », détaille Julien Mangez, chargé d’affaires à l’Icam - site de Lille.
S’en suivent une série de tests avec Covanord et le choix d’une ligne semi- automatisée de démantèlement. L’étape suivante a consisté à transformer le concept en outil industriel. L’Icam a ainsi défini les systèmes, les vitesses ou encore les protections de l’environnement de travail. Concernant le traitement des profilés et des doubles vitrages, « les deux ont été traités afin d’être séparés et recyclés. Les fenêtres à double vitrage sont cassées manuellement depuis l’extérieur, d’un côté puis de l’autre », précise Céline Bogaert, chargée de communication de l’Icam.
La ligne sera opérationnelle d’ici la fin de l’année. Covanord se concentre en ce moment sur l’organisation de sa filière d’approvisionnement.

Conception d’une ligne entièrement automatisée à partir de 2019
Avec son pôle “services aux entreprises”, l’Icam - site de Lille accompagne chaque année une soixantaine d’entreprises de la région, ce qui représente entre 70 et 90 projets. Ces services se déclinent sous la forme d’audit/de conseil et de prestations industrielles telles que le développement de nouveaux procédés ou encore la mise au point d’innovations technologiques. Les étudiants de 5e année y participent activement dans le cadre de leur mémoire scientifique industriel (MSI).
Quatre étudiants se sont succédé pour travailler aux côtés des équipes scientifiques sur ce projet. « Nous avons particulièrement apprécié le besoin et l’attachement de nos interlocuteurs à bien comprendre notre métier. Au quotidien, l’Icam a affiché une forte pro-activité et volonté de transparence en plus d’un excellent respect des délais », précise Olivier Wdowiak.
Covanord envisage d’ores-et-déjà de travailler avec l’Icam sur la conception d’une ligne entièrement automatisée à partir de 2019.