Àl’occasion de sa participation au salon CES 2019, Legrand a rendu public les résultats d’une étude qu’il a confié à l’Ifop sur les perceptions et attitudes vis-à-vis des objets connectés dans le bâtiment. Cette étude* a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population internaute âgée de plus de 18 ans en France, aux États-Unis et en Chine.

L’attractivité des objets connectés sur les trois marchés

Niveau d’équipement domotique ou connecté

Comme le prouve le niveau d’équipements sur la carte, les objets connectés suscitent un réel intérêt dans le résidentiel quel que soit le pays. Chacun des marchés y voit l’occasion de simplifier la vie quotidienne et de renforcer la sécurité du domicile. D’autres facteurs viennent s’ajouter aux principales attentes : la maîtrise de son budget et de la consommation d’énergie, et l’amélioration du confort et du bien-être, notamment en France.

Trois usages particulièrement intéressants pour les utilisateurs

L’alerte en cas de danger, la vérification à distance de l’état des équipements et le contrôle de ce qu’il se passe dans le foyer font partie des usages qui intéressent le plus l'échantillon représentatif interrogé, quel que soit le marché, répondant à leur besoin de tranquillité et de sécurité pour leur domicile.
La simulation de présence intéresse également beaucoup dans les trois pays : huit personnes sur dix manifestent un intérêt pour cette fonctionnalité.

Trois principaux critères sur lesquels les Français souhaitent être rassurés

En France, plus de 90 % de la population interrogée souhaite être rassurée sur la facilité d’utilisation, la durée de vie des objets connectés (obsolescence programmée) ainsi que sur l’usage qui est fait des données personnelles recueillies.
Les rares personnes réfractaires aux objets connectés (4 % des Français, 8 % des Américains et 1 % des Chinois interrogés), ne voient pas encore l’utilité des objets connectés ou craignent que le coût d’équipement soit trop élevé.

Un marché, des usages : Legrand à l’écoute des attentes locales

L’étude souligne un réel intérêt chez les particuliers pour :

  • le pilotage par la voix des équipements du domicile, pour plus de trois Français sur 4 (77 %) ;
  • le contrôle et la programmation à distance des équipements du logement, dans les trois pays, avec un très vif intérêt : 92 % en Chine, 79 % en France ;
  • l’utilisation d’une fonctionnalité de reconnaissance faciale pour autoriser l’accès au logement : la Chine présente un vrai enthousiasme (avec 92 %). L’intérêt est également important en France (65 %) et aux États-Unis (67 %) ;
  • L’identification et la création de scénarios : les Français et les Américains y sont très sensibles. Les Chinois en sont particulièrement demandeurs.

Dans les bâtiments tertiaires, les différents usages des objets connectés suscitent un fort intérêt chez les personnes interrogées en Chine et en France. Ces résultats sont révélateurs d’une tendance de fond : le connecté n’a pas de frontière puisqu’il accompagne l’utilisateur au quotidien, chez lui comme au travail.

Intérêt pour les usages des objets connectés chez les particuliers

« Les résultats de cette étude confirment notre stratégie d’augmenter durablement la valeur d’usage de nos produits en y intégrant de nouvelles fonctionnalités tout en respectant l’utilisateur, souligne Jérôme Boissou, responsable du programme Eliot. L’intégration des technologies dans le bâtiment et les usages qu’elles permettent, dans le résidentiel comme dans le tertiaire, suscitent un réel intérêt de manière globale. Legrand s’appuie sur les habitudes, les cultures et les normes locales pour développer des solutions adaptées sur chacun des marchés », conclut Jérôme Boissou.

* Étude quantitative ad hoc réalisée via un mode de recueil en ligne, du 12 au 19 octobre 2018, auprès d’échantillons représentatifs de la population nationale internaute âgée de 18 ans et plus.
France : 1 003 interviews / USA : 1 002 interviews / Chine : 1 006 interviews.
La représentativité des échantillons interrogés a été assurée par la méthode des quotas sur les critères suivants : sexe, âge, CSP, région, taille d’agglomération en France / sexe, âge, région pour les pays étrangers.