MSI Reports, spécialiste des études sectorielles sur le marché français, a récemment publié une étude détaillée sur le marché des stores en France. En 209 pages et à l’aide de 94 tableaux et graphiques, MSI analyse de manière détaillée l’évolution du marché des stores, avec l’historique d’évolution de ce secteur depuis 2008 et des prévisions annuelles jusqu’en 2021. Toutes les données chiffrées contenues dans l’étude sont également présentées dans un fichier Excel, mettant en évidence les évolutions du marché.

Les ventes annuelles de stores enrouleurs dépasseront prochainement celles des stores vénitiens
Le marché français des stores intérieurs sur-mesure a confirmé sa stabilité en 2016 (-1,4 % en volume). Une stabilité toute relative puisque, dans le détail, le segment des stores enrouleurs concentre l’essentiel de la croissance (+5 %). En 2016, la part relative des stores enrouleurs dans les statistiques de ventes des principaux fabricants nationaux grimpe à près de 40 % en volume. Ce pourcentage progresse petit à petit, d’année en année, et nombre de professionnels estiment que les ventes annuelles de stores enrouleurs dépasseront prochainement celles de stores vénitiens. On remarquera également qu’environ 15 à 20 % des stores enrouleurs sur-mesure vendus sont équipés d’un coffre.
En baisse sur le long terme, les ventes annuelles de stores vénitiens sont passées de plus de 650 000 unités en 2008 à moins de 500 000 unités aujourd’hui. En 2016, et après une hausse inattendue en 2015, ce segment de marché accuse un recul d’environ 6 à 7 %.
Quant au segment des stores à bandes verticales, il baisse régulièrement depuis plusieurs années. Cette tendance négative se confirme à nouveau en 2015 (-4 %) et en 2016 (-3 à -4 %).
Ce segment de marché est valorisé à 15 millions d’euros HT. Notons enfin que les stores plissés demeurent peu représentés dans les statistiques de ventes (4 % en moyenne). Ici, l’analyse des données de production recueillies auprès des différents acteurs du marché montre une stabilité voire une légère hausse des ventes pour 2016.

Les stores-bannes reculent de près de 40 % entre 2007 et 2016
Le marché des stores-bannes cède à nouveau du terrain en 2016 (-3 %), pénalisé par une météo plutôt fraîche et pluvieuse au printemps, un environnement macroéconomique et fiscal dégradé, l’image vieillissante du produit auprès des jeunes générations (qui lui préfèrent souvent la pergola) ou bien encore par la raréfaction de la profession de storiste. Cette composante du marché (la plus importante en valeur) s’établit aujourd’hui en recul d’environ 40 % par rapport à ses niveaux de 2007 (point haut d’avant-crise). L’essentiel de cette chute s’est concentré sur les périodes 2008-2009 (-30 %) et 2012-2013 (-24 %). Il reste que, depuis, les ventes de bannes peinent à rebondir.
Plus de 60 % des stores-bannes vendus en France correspondent à des modèles coffre (ce pourcentage pouvant grimper jusqu’à plus de 80 % – voire 100 % – chez certains fabricants), et 25 à 30 % à des modèles monoblocs. Quant aux modèles semi-coffre, ils sont aujourd’hui peu représentés dans les statistiques de ventes (moins de 10 % des volumes). Le taux de motorisation ressort à 77 %.
Quant aux ventes de stores verticaux, elles suivent (au global) une pente légèrement baissière. Pour 2017, les perspectives apparaissent en revanche plus favorables, du côté des ventes “chantiers” tout du moins.

Le marché des BSO s’oriente à la hausse
Enfin, le marché des brise-soleil orientables a doublé par rapport à ses niveaux 2009-2010, mais n’a pas à proprement parlé « explosé ». Celui-ci a vraisemblablement marqué le pas en 2014-2015, avant de reprendre sa marche en avant en 2016 (+16 %), pour s’établir autour de 145 000 unités (mais avec une forte pression sur les prix, ce qui se traduit notamment par une augmentation de la part des modèles à lames bombées dans le mix-produit, au détriment des BSO “tout-métal”).
Sur le long terme, le développement du marché des particuliers constitue la principale opportunité de croissance pour les acteurs du BSO, et ce alors que la demande “chantiers” semble avoir montré de sérieuses limites ces trois dernières années. Pour ce faire, il reste plusieurs freins à lever, à commencer par une meilleure information du grand public (quant à l’existence du produit BSO, ses qualités/avantages, etc.), une amélioration de l’offre Produit sur l’argument “sécurité/résistance à l’intrusion”, une baisse des prix pratiqués au client final (par rapport aux fermetures traditionnelles) et, bien sûr, un redémarrage (à plein) du marché de la maison neuve.
À l’heure actuelle, les ventes annuelles de BSO au secteur résidentiel diffus restent très faibles (largement moins de 50 000 unités/an) tandis que, en comparaison, il se vend environ quatre millions de volets roulants et environ un million de volets battants chaque année en France...