Les 28 et 29 juin derniers à Brignais, près de Lyon (69), Biesse France a organisé à nouveau ses journées portes ouvertes. Elles ont rassemblé près de 300 personnes alors qu’il en était prévu environ 200 seulement.

C'est sur une surface de plus de 800 m² d'exposition, au sein de son showroom français que Biesse a accueilli plus de 200 invités venus découvrir ses dernières nouveautés technologiques pour l'usinage de la filière bois mais aussi pour le secteur de la pierre, du verre et des nouveaux matériaux composites.

Clients, prospects, fournisseurs, partenaires, analystes financiers, journalistes ont assisté à la présentation des nouveaux produits. Les équipes de Biesse France, mobilisées pour l’occasion, ont notamment présenté le tout nouveau centre d'usinage Rover A. La nouvelle machine à haute performance et flexibilité a été conçue pour tout ceux qui désirent investir dans un produit capable d’usiner n’importe quel type d’élément en peu de temps et à un prix raisonnable

Les visiteurs ont assisté également à de nombreuses démonstrations sur des technologies conçues pour réduire les coûts de maintenance et d’utilisation grâce à leur simplicité de conception. Enfin, des emplacements spécifiques étaient aussi mis en avant dans le Tech Center afin de visionner et de découvrir toutes les capacités de la plateforme préventive et proactive IoT Sophia, plateforme ayant remporté de nombreux prix dont le trophée de l'innovation lors du salon Eurobois 2018.

Outre les machines et logiciels, la qualité de ces deux jours a aussi résidé dans les différents échanges entres les équipes commerciales et les visiteurs permettant à tous de trouver des réponses concrètes et précises aux différentes questions d'investissements, de formation, d'informations et de production.

Prochain rendez-vous : du 17 au 21 octobre 2018 dates auxquelles le groupe Biesse ouvrira les portes de son site de production en Italie pour les Inside Biesse. On pourra aussi retrouver la division Intermac Verre à Glasstec en Allemagne du 23 au 26 Octobre 2018.

 

Nous avons profité de notre présence à cette journée portes ouvertes,pour demander au directeur de filiale France, Laurent Maziés, de nous parler de l’entreprise et de son évolution.

Nous nous sommes rencontrés il y a trois ans, quels ont été depuis les changements chez Biesse ?
Laurent Maziés : « Nous avons descendu notre gamme de prix et amélioré simultanément la technologie de nos machines. De plus nous avons développé les logiciels et racheté certaines entreprises qui nous paraissaient complémentaires à nos activités. En particulier nous avons fait l’acquisition de Uniteam dans le domaine de la charpente/menuiserie dont nous avons fait doubler les effectifs en deux ans. Nous allons nous lancer dans la construction de maisons à ossature bois.
Nous développons les “usines du futur”, autrement dit les solutions 4.0, c’est-à-dire des machines connectées vers les TPE et les artisans. En effet il existe des secteurs en plein développement dans les aménagements intérieurs, cuisines etc., dans lesquels se lancent de petites entreprises qui désirent proposer du “sur-mesure” et privilégier la qualité.
Par l’intermédiaire d’Intermac, Biesse a aussi racheté Movetro en 2017. C’est un fabricant de casiers à plateaux de verre permettant un stockage intelligent des plateaux et des chutes ce qui facilite l’optimisation des chutes.
Je suis globalement satisfait de l’évolution de Biesse qui atteint un chiffre d’affaires de 42 millions d’euros avec une croissance d’environ 10 % ».

Pouvez-vous nous présenter votre assistance Sophia ?
« C’est un système de maintenance prédictive qui s’applique aux machines de travail du verre, de la pierre et des matériaux composites. Nous le mettons au point en partenariat avec le développeur informatique Accenture. Il permettra des marges de croissance en utilisant au mieux les leviers de la quatrième révolution industrielle, celle des “IoT”. En langage courant cela signifie que la machine envoie constamment des informations à un serveur central situé à notre siège social de Pesaro. Ce serveur analyse en permanence ces données et signale tout incident ou probabilité d’incident. Sur chaque machine est installé un ensemble de voyants d’alarme, soit rouge qui signifie que la machine est en défaut, soit orange qui prévient qu’il faut agir préventivement.
Ce système permet de prévenir l’utilisateur et de lui indiquer la nature de la panne ainsi que la procédure de réparation à mettre en œuvre. Il est aussi possible de communiquer et de montrer par photo ce qu’il faut faire. En effet il est parfois difficile d’expliquer à l’opérateur exactement comment opérer. Application technologique de l’adage un petit dessin (en l’occurrence une photo) vaut mieux qu’un long discours. L’intérêt est que cela s’applique aux très petites entreprises et aux artisans ».

Propos recueillis par C. Faivre-Delord