Franciaflex lance la fabrication industrielle de sa gamme Excéo, qui est déclinée en fenêtre à stores intégrés, ou fenêtre Excéo Premium en trois finition (plaxée, PMMA et bois).
En effet, rappelle David Added, directeur commercial et marketing de Franciaflex, « le marché de la fenêtre est à nouveau en croissance mais subit une forte concurrence des produits venant des pays de l’Est, ce qui a entraîné une baisse des prix du marché. Par ailleurs, le marché de l’aluminium se développe de 2 à 3 % par an, pour des raisons esthétiques, non thermiques. Cela a participé à la réflexion de Franciaflex, dans l’objectif de créer une différence sur le marché du PVC. »
L’entreprise propose donc ses produits caractéristiques :
− la fenêtre avec stores intégrés, un brevet Franciaflex : store et fenêtre sont entièrement solidaires, aucun cordon ne venant gêner la manipulation de celle-ci ;
− la fenêtre cintrée et autres formes spéciales ;
− la fenêtre Excéo Premium : une fenêtre haut de gamme et personnalisable, avec plus de 1450 combinaisons possibles. Le PMMA permet un effet “aluminium”, et maintient tous les atouts thermiques du PVC. La gamme a été présentée en avant-première à Equipbaie 2016. Thermiquement, le produit est aussi efficace que des profilés blancs, mais se différencie par son élégance.
Au sujet de la gamme Excéo Premium, il est à noter que l’aspect PMMA permet de concurrencer les marchés de l’aluminium. La version avec bois intérieur permet, dans une enveloppe budgétaire allégée, une menuiserie imitant les menuiseries mixtes aluminium/bois, ce qui entraîne une démocratisation de ce marché. Enfin, question isolation thermique, le produit est meilleur que l’aluminium.

Guipry : une usine de 6 250 m2
L’usine de Guipry abrite trois espaces distincts dans un même bâtiment : un atelier pour les menuiseries en forme (cintrage en interne), un espace pour les lignes industrielles, et un stockage des profilés et d’évacuation des produits finis. Le site emploie 90 personnes, dont 50 en production (en 2 x 8), avec une annualisation du temps de travail. Les horaires des salariés sont modulés, entre 21 et 47 h par semaine, selon le niveau des commandes : le délai de production standard est de 13 jours dans l’usine (soit trois semaines rendu chez le client).
La ligne principale, de 250 m de long, débute avec un centre de débit et d’usinage qui est en cours de renouvellement. La traçabilité des menuiseries est assurée par jet d’encre. Pour la gamme Excéo Premium, une nouvelle soudeuse à quatre têtes est en cours d’installation dans la ligne : elle va être intégrée dans le processus industriel. Cette soudeuse, une Ryko Graf Synergy, soude bord à bord les profilés en PVC, ce qui évite l’étape d’ébavurage sur les profilés. La machine seule représente un investissement de 400 000 euros.
La coupe des profilés est effectuée traditionnellement, en sur-longueur. Pour éviter les remontées de matière en sur face des profilés, la machine décaisse la périphérie du plan de coupe des profilés, avant la soudure : elle retire 0,6 mm en périphérie, et 1,5 mm au droit des joncs en fibre de verre pour le renforcement des profilés (profilés Alphacan). Cette pré-découpe permet au PVC de rentrer à l’intérieur du profilé lors de la soudure. Elle impose cependant une grande précision des réglages, et le cycle de soudage est plus long (entre 2 minutes 30 et 4 minutes).
Pour le soudage, les profilés sont d’abord positionnés dans le cadre de soudage, puis serrés. La machine réalise alors le décaissement autour des profilés, avant le soudage par miroir à 240 °C.
Les plaques de soudage sont striées en V pour un meilleur soudage.
Le calage de la machine est très pointu et le réglage est effectué au 1/10e de mm près, à partir d’un scannage du profil.
Cette nouvelle machine représente un défi industriel, avec une remise en question de la fabrication : les conditions de stockage sont particulières pour le bois (protection indispensable), un contrôle minutieux doit être réalisé à réception (avec contrôle dimensionnel des profilés),...
Il faut trois semaines de formation pour que les opérateurs apprennent à régler les machines : les réglages sont tous différents selon les profilés, et refaits pour chacun, selon ses finitions.
Le prochain objectif de Franciaflex est de dynamiser sa force de vente, pour que les produits soient présentés aux clients finaux, dans des halls d’exposition chez les poseurs. Une refonte complète de la documentation est en cours pour que les artisans-poseurs puissent montrer ces produits : il s’agit de motiver la force de vente, en formant les artisans sur les bénéfices clients attendus pour ces produits.

Atelier de menuiseries cintrées
L’atelier des menuiseries de formes ou cintrées produit 500 menuiseries par an (soit 1 % du volume total de production de l’usine, qui représente 50 000 menuiseries par an). Son centre d’usinage est une scie à une tête et à angle variable, qui permet de couper les profilés à partir de gabarits en bois ou en carton fournis par les clients. La mise en forme est ensuite réalisée dans un bain avec un mélange d’eau et de glycérine, après protection des chambres des profilés. Cette technique est utilisable pour tous les profilés teintés dans la masse (blanc, beige,...). Chaque technicien maîtrise le processus entier de fabrication de sa menuiserie.