Everlam vient d’inaugurer son Centre de compétences à Malines près de Bruxelles. Le bâtiment rassemble tout le personnel – chercheurs, direction et fonctions support – pour favoriser l’échange d’idées et le développement de l’innovation au quotidien.
Everlam est né en février 2015 par la volonté de la Communauté européenne. Dupont de Nemours voulait se séparer de son activité de fabrication de film PVB (PolyVinyle Butyral) destiné à la fabrication de verre feuilleté. Plutôt que de la laisser disparaître et pour maintenir une saine concurrence sur le marché européen, la Commission a poussé à la vente et à la reprise de cette activité. Le fonds de gestion privée GVC Holdings l’a rachetée et, depuis février 2015, Everlam est une PME de 87 personnes. Les nouveaux propriétaires ont investi dans l’entreprise pour développer son activité selon deux principes : le client détermine les choix techniques et l’innovation prime.

Greg Parekh, président d’Everlam et représentant des investisseurs privés GVC Holdings souligne que le laboratoire se trouve au milieu du nouveau Centre de Compétences, affirmant ainsi l’importance de la R&D et de l’innovation dans le développement de l’entreprise. (Crédit photo : P.P.)


Souplesse et réactivité
Contrairement à ses concurrents, pour l’essentiel de grands chimistes, Everlam ne fabrique pas sa résine PVB. Loin d’être un inconvénient, cela lui permet de “sourcer” auprès des meilleurs fournisseurs du moment. Ce qui l’a poussé à innover. La résine de PVB est fournie en poudre. Chaque fournisseur de PVB fabrique sa résine avec une masse volumique différente, autrement dit, avec des grains plus ou moins fins. Pour pouvoir sans difficulté utiliser différents fournisseurs, Everlam a développé “Universal Feed”, un procédé d’extrusion du PVB parfaitement insensible à la masse volumique. Ce programme de recherche a commencé en septembre 2017 et l’outil industriel sera en fonctionnement en novembre 2018. D’ailleurs, l’entreprise n’est pas spécialement attachée au PVB comme matière constituant l’intercalaire dans un verre feuilleté. Ce procédé,comme le souligne Patrick Etesse,Technology Director d’Everlam, existe depuis 70 ans. Ce qui représente une extraordinaire longévité. N’ayant pas de coûteux outils de production de résine à faire tourner, Everlam poursuit des recherches sur d’autres résines susceptibles de rendre des services au moins aussi bons que le PVB et apportant d’autres avantages. Rien n’est abouti pour l’instant.

À l’écoute des tendances du marché
Patrick Etesse et Raymond Starmans, Global Business Director d’Everlam, soulignent que l’entreprise n’a qu’une seule activité : fabriquer des films pour fabrication de verre feuilleté qui répondent aux attentes de leurs clients. Comme Everlam ne fabrique pas la résine PVB, l’entreprise sait répondre à de petits besoins chez ses clients. Elle est capable de fabriquer 50 000 ou 100 000 m2 par an d’un film très spécifique, répondant aux besoins précis d’un client particulier. Moins souples et alourdis par leurs fabrications de résines PVB, les grands chimistes sont mal armés pour satisfaire de petits besoins. Ils tentent d’abord d’écouler leur production de PVB et de faire tourner leur outil industriel. Cette souplesse permet à Everlam de coller au plus près aux évolutions du marché et de conserver une longueur d’avance. Comme le dit Patrick Etesse, « les nouvelles tendances apparaissent d’abord sous la forme d’une demande isolée, avant de se transformer éventuellement en tonnages significatifs ».

Un film anti-UV à Glasstec 2018
Après avoir participé à Glasstec 2016 qui avait vu le lancement de ses premières gammes de films PVB en deux épaisseurs de 0,38 et 0,76 mm et en six coloris – Gris, Gris Solaire, Light Blue Green, Azure Blue, Bronze, Murano Green - et le lancement du film acoustique Everlam Quiet qui apporte un fort affaiblissement acoustique dans les fréquences comprises entre 1000 et 2000 Hz, Everlam participera à nouveau à Glasstec en 2018. L’entreprise y présentera le film PVB rigide Everlam Super Tough. Apparue en mars 2017, cette solution augmente nettement la solidité du verre. Des tests menés chez KiteGlass en Angleterre ont montré qu’Everlam Super Tough en 1,52 mm d’épaisseur, monté dans un verre trempé de 10 mm, affichait des performances similaires ou bien meilleures que les solutions concurrentes, lorsqu’on le soumet à des forces linéaires de 740 et 1 500 N. Everlam devrait aussi montrer à Glasstec son nouveau film anti-UV. Il sera prêt à l’automne 2018. Patrick Etesse souligne que ce nouvel intercalaire offrira des performances très importantes, blocant 80% de la transmission de chaleur, tout en laissant passer 75% de la transmission lumineuse. Il affichera une couleur plutôt bleue, tandis que les produits anti-UV déjà disponibles sur le marché tirent davantage vers le vert.