La stratégie plastique européenne et la feuille de route “économie circulaire” ont pour objectif de développer de façon très importante le recyclage du plastique via des engagements volontaires des secteurs concernés et d’atteindre 10 millions de tonnes de plastique recyclé en 2025 au niveau européen.
Au niveau français, le ministère de l’Écologie et le ministère de l’Économie ont désigné des secteurs volontaires pour travailler sur ces engagements avec des couples polymère/marché. Le couple PVC/bâtiment auquel le SNEP participe activement en fait partie. L’ambition est de passer de 300 000 t de déchets plastiques actuellement réutilisés en France à un niveau très significativement supérieur afin de rendre tangible l’objectif de 100 % de plastique recyclé en 2025.

Une enquête annuelle validée par un vérificateur agréé dans le cadre du programme INIES

Depuis mars 2018, lancé et accompagné par l’État, le groupe de travail Bâtiment et infrastructures, mené par Benoît Hennaut, président de la Fédération de la plasturgie, du STR-PVC et PDG de Nicoll, réunit des partenaires engagés dans l’ambition de mettre en place des initiatives concrètes portant sur le cercle vertueux de l’économie circulaire : une collecte optimisée et densifiée, un recyclage amélioré et qualifié, l’intégration de matières premières recyclées augmentée dans les produits. Pour la réussite de ces engagements, trois paramètres transversaux seront essentiels : communication et pédagogie du recyclage, financement, déblocage des freins normatifs et des réglementations.
En ce qui concerne les profilés PVC, le SNEP a créé son propre réseau de collecte en 2015, qui comporte à ce jour 190 points de collecte et qui est mis en ligne sur son site snep.org/collecte - recyclage. L’objectif est maintenant d’augmenter le taux de matières recyclées dans les profilés à hauteur de 20 % à l’horizon 2025. La vérification sera faite via une enquête annuelle validée par un vérificateur agréé dans le cadre du programme INIES. Les conditions de réussite de l’engagement seront les suivantes :
– l’investissement dans la collecte de tous les acteurs de la filière pour augmenter les volumes de MPR conformes aux cahiers des charges et au référentiel des normes s’appliquant aux profilés PVC ; – le soutien des pouvoirs publics pour mettre en place des mécanismes permettant d’éviter la mise en décharge des menuiseries tous matériaux confondus (PVC, aluminium, bois) ;
– la disponibilité de MPR PVC en quantité et qualité.
Les engagements seront conditionnés par le déblocage des freins rencontrés : aspects normatifs et réglementaires relatifs à un grand nombre de catégories de produits du bâtiment, financement des investissements de mise en place d’un maillage de collecte suffisant et des investissements industriels d’adaptation, et enfin communication et pédagogie de l’économie circulaire.