Au cœur de la commune de Mouans-Sartoux (06), dans les Alpes Maritimes, le Centre associatif municipal se détache par sa forme longue et sa façade en pierre. Construit au début du XXe siècle, ce bâtiment industriel a d’abord servi d’atelier pour la maintenance du tramway puis a été transformé en laiterie dans les années 50, avant d’abriter les services techniques municipaux dans les années 80. À l’abandon depuis 1995, il a subi une rénovation complète pour accueillir aujourd’hui la jeunesse et les associations de la ville.
Pour la mairie de Mouans-Sartoux, l’objectif de cette réhabilitation était d’atteindre les performances de la RT 2012 tout en préservant le patrimoine existant. Un défi relevé avec succès, notamment grâce aux menuiseries en aluminium Kawneer.

Une rénovation d’envergure

Pour la mairie, l’objectif de cette rénovation était double : « la volonté de l’élu aux Travaux, Roland Raibaudi, était d’une part d’atteindre les performances exigées par la RT 2012, et d’autre part de préserver l’architecture traditionnelle du bâtiment, en conservant notamment la façade en pierre », explique Angélique Tisserand, responsable du service bâtiment travaux au sein de la direction des services techniques de la commune.
Le maître d’ouvrage a donc privilégié des systèmes et équipements destinés à optimiser les performances et l’inertie du bâtiment : isolation renforcée par l’intérieur, pompes à chaleur avec centrale de traitement d’air, VMC double flux et plancher chauffant.

Les menuiseries extérieures devaient afficher un Uw entre 1,5 et 1,8 W/m2.K

Les menuiseries ont elles aussi joué un rôle crucial dans la réhabilitation de l’édifice : « nous avons imposé, dans le cahier des charges, de grands ensembles composés en aluminium à double vitrage pour apporter un maximum de lumière naturelle. La performance thermique des menuiseries extérieures devait afficher un Uw entre 1,5 et 1,8 W/m2.K », se souvient Angélique Tisserand. « Le coloris des menuiseries intérieures et extérieures était tout aussi important : nous souhaitions une teinte aspect rouille pour préserver l’identité industrielle du bâtiment », ajoute-t-elle.

Teinte “rouille cérusite”, propre à Kawneer

Pour répondre à ces exigences, l’entreprise SN Degivry, en charge du lot menuiserie, a préconisé les solutions Kawneer, qu’elle a ensuite fabriquées et posées.
« Nous travaillons avec Kawneer depuis deux ans car nous apprécions la qualité des profilés et des laquages. Pour ce chantier, nous avons bénéficié de l’appui de leurs équipes techniques pour choisir les menuiseries les mieux adaptées », affirme Mickaël Leherpeur, responsable de production de l’entreprise SN Degivry.
À l’extérieur du bâtiment, une douzaine d’ensembles composés de 3,50 m de large et 3 m de haut, avec portes d’entrée Kanada et châssis à ouvrant visible fixes et à soufflets Kalory, apportent un maximum de luminosité. Une dizaine de châssis cintrés en pignon Kalory ainsi que sept châssis à deux vantaux Kalory avec ouvrant à la française ont également été posés.
À l’intérieur, quatre portes Kamelia avec impostes en trapèze et deux ensembles composés de 4,50 m de large et 2,20 m de haut, avec châssis fixes Karaïbes et porte Kamelia, ont été installés.
Pour leur donner l’aspect rouille exigé par le cahier des charges, toutes les menuiseries ont été réalisées dans la teinte Rouille cérusite, propre à Kawneer.
« Ce coloris renforce le côté industriel du bâtiment », explique Angélique Tisserand. De loin, il donne l’impression que les menuiseries sont en bois, mais en s’approchant, on découvre une nuance orangée intéressante qui rappelle la rouille. De plus, l’aspect granuleux de cette teinte s’harmonise particulièrement bien avec la façade en pierre du bâtiment », conclut-elle.