Implantée sur la ZA de Moulineau à Saint-Jean d’Angély (17), Bati Renov, dirigée par Christophe Lacombe, est l’inventeur du premier volet battant en panneau sandwich polyester lisse et est spécialisé dans l’isolation de l’habitat : volets battants, fenêtres, fermetures et ouvertures.
En octobre 2016, dans la perspective d’une relocalisation de sa fabrication roumaine en France, la société a investi 1,9 million d’euros dans le rachat de l’ancienne usine SETB de Varaise et dans l’équipement de trois nouvelles lignes de production.

Création d’un réseau de distributeurs exclusifs
Bati Renov ne va pas transférer l’unité de production de Roumanie en France mais bien construire trois lignes de fabrication. À travers cet investissement, elle souhaite assurer une production 100 % française pour redynamiser le territoire de Val de Saintonge et valoriser son savoir-faire. Cette relocalisation va également permettre de diminuer les risques liés à la production dans un autre pays (stabilité économique, risque de transport...) et d’accélérer son développement commercial par la création d’un réseau de distributeurs exclusifs.

Trois nouvelles lignes de production
Le bâtiment d’une surface de 10 000 m2 accueillera trois lignes de production destinées à la fabrication de panneaux en polyuréthane recyclable, la transformation des panneaux en produits finis (portes et volets) et au laquage.

« Avec l’expertise qui est mienne aujourd’hui, je suis en mesure de prouver que ces nouvelles lignes seront après quelques aménagements et automatisations supplémentaires aussi compétitives que celle qui de Roumanie » précise Christophe Lacombe.
Bati Renov ambitionne d’augmenter sa production de 14 800 m2 de volets fabriqués en 2016 à 20 000 m2 en 2017, 30 000 m2 en 2018 et 40 000 m2 en 2019.

Plusieurs recrutements à venir
39 personnes sont employées chez Bati Renov et 50 nouvelles embauches sont prévues d’ici 2019. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 5,1 millions d’eu- ros en 2016 et ambitionne de réaliser 6,5 millions d’euros cette année.
« De par notre expérience commerciale, tant au niveau des particuliers que des professionnels, nous avons pu établir un business plan cohérent et réaliste. Nous devrions donc atteindre nos objectifs » indique Christophe Lacombe.