Fabricant de portes et fenêtres en bois sur mesure basé à Jarnages (23), Atulam est victime de son succès : elle reçoit trop de commandes pour sa production. Pour y remédier, l’entreprise va faire évoluer son organisation, mais aussi pousser ses murs. Elle vient ainsi d’obtenir le permis de construire nécessaire pour agrandir sa surface industrielle de 868 m2, qui est actuellement de 10 468 m2 sur un terrain de 45 122 m2.
Quand Xavier Lecompte, l’actuel gérant, a racheté Atulam en 1997, la société avait un seul client, une vingtaine de salariés pour un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros.
En 20 ans, elle n’a cessé de croître, pour afficher aujourd’hui un chiffre d’affaires de 16 millions d’euros, généré par 145 salariés, à destination de 1 000 clients professionnels environ.
Cette réussite s’explique d’une part par le positionnement haut de gamme de ses menuiseries, qui sont de surcroît peintes en usine, mais aussi plus récemment par la fin du CITE, par un regain d’intérêt pour le bois et par le succès de la garantie finition 12 ans.

Ligne d’usinage doublée d’ici fin 2019

« Début 2018, nous avons enregistré un afflux de commandes que nous avons eu du mal à absorber : 90 menuiseries par jour environ nous étaient demandées alors que nous sommes capables d’en fabriquer 60 à 70 quotidiennement », explique Xavier Lecompte. « Nous devions donc augmenter notre capacité de production, ce qui va être possible avec cette extension de nos locaux. La ligne de finition de la peinture sera agrandie et optimisée et notre ligne d’usinage doublée d’ici fin 2019 », poursuit le dirigeant.

Objectif 100 menuiseries par jour

En parallèle, l’entreprise va s’atteler à améliorer l’organisation de sa production.
Dans le cadre du programme “Usine du futur” piloté par la région Nouvelle Aquitaine, un audit de la société a été réalisé, qui a mis en lumière les points à améliorer.
Plusieurs projets font partie de ce programme : une production en flux tiré-lissé (diminution des stocks intermédiaires trop importants, réduction des déplacements inutiles), une meilleure maintenance (en passant de la maintenance curative à la maintenance préventive), la mise en place du management visuel de la performance pour avoir plus de lisibilité (avec des tableaux de bord construits par chaque équipe avec différents indicateurs comme la production, la qualité, la sécurité...), ainsi que l’optimisation des outils informatiques...
Ces projets de développement sur trois ans vont demander un investissement de l’ordre de cinq millions d’euros, dont 650 000 euros d’aides provenant de la région Nouvelle Aquitaine. L’objectif est la production de 80 menuiseries par jour en 2019 et de 100 menuiseries en 2021.